Maurice à un palmarès vierge aux Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) depuis sa création en 1979 où fut organisée la première édition à La Réunion. Considérés comme le petit poucet de cette compétition, les Mauriciens comptent bien se transformer en tueurs de géant pour remporter leur première médaille de l’histoire de ces jeux indianocéaniques.
Après 36 ans d’échec, les Mauriciens comptent faire montre de leur existence. La préparation en vue de ces 9es  JIOI qui débutent samedi prochain à La Réunion, a franchi un cap en recevant Mayotte durant la semaine écroulée en tant que sparring-partner. Deux victoires et deux défaites en autant de sorties contre l’un des favoris de ce tournoi, est bon pour le moral avant que commencent les choses sérieuses la semaine prochaine. Ces derniers sont bien partis pour jouer un mauvais tour à La Réunion et aux Maldives qui, avec Maurice, ont été tirés dans la poule B.
Parlant des chances de médaille,  Charles Tassin, le nouveau Directeur technique national(DTN) estime que sa troupe ira à l’île soeur pour réaliser une bonne performance avant tout. « Avant ma venue au poste de DTN, les choses étaient au point mort au niveau de la sélection. Rien n’a été fait. Elle n’a fait ni de stage ni de matches internationaux. Cela fait deux mois que je suis là, je ne peux pas vous promettre la lune. Contrairement à d’autres équipes engagées dans cette compétition, Maurice accumule un retard flagrant en matière de préparation », fait-il ressortir.
En effet, les Seychelles depuis 4 ans, soit après les 8es JIOI en 2011, se préparent à défendre leur titre de champion de l’Océan Indien. Leur sélection  nationale qui ont déjà affûté leurs armes pour ce grand rassemblement sportif, sont au grand complet. ses deux stars qui évoluent à l’étranger, à savoir Abdel Sylla qui joue en France et Andrew Rath en Italie, ont regagné le pays et participent aux entraînements. De plus, les Seychellois sont partis en tournée d’une durée de trois semaines en Afrique du Sud et de deux semaines au Kenya.
Du côté de la sélection réunionnaise, elle a, dans ses rangs, des joueurs métropolitains évoluant parmi l’élite en France. Ce qui sera un atout, tenant compte de leur expérience européenne. La Grande île, quant à elle, a naturalisé deux joueurs étrangers, un Espagnol mesurant 2,09 m et un Russe de 2,14 m. Ainsi, les futurs adversaires de Maurice ont déjà sorti la grosse artillerie. « La tâche ne sera pas facile en terre réunionnaise », constate le technicien avant d’ajouter que sa troupe se battra pour le podium.
Hedley Han, vice-président de la Fédération Mauricienne de Basket-ball (FMBB), qui était dans les tribunes pour analyser les Mauriciens face aux Mahorais au gymnase de Phoenix, pense qu’avec Tassin, le quadricolore peut conjurer le mauvais sort. « Notre stage avec Mayotte a été très positif. On a battu une équipe favorite pour ces JIOI deux fois. On a aussi produit du beau jeu où nous avons mis notre adversaire en difficulté à plusieurs reprises. Ce qui prouve qu’on a une bonne équipe et qu’on peux remporter une médaille », avance-t-il.