Prakash Mauthrooa (Photo d'archives)
  • Rajesh Bhagwan: « Kouma enn boug koumsa kapav vinn Senior Adviser Premie minis ek asiz lor tou sa board-la ? »
  • « Maunthrooa se bandari Lakwizinn », laisse entendre le nouveau leader de l’opposition, Arvin Boolell

La culpabilité avérée de Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis, dans le sillage du jugement de la Cour intermédiaire hier, constitue un gros embarras pour le nouveau gouvernement de L’Alliance Morisien. L’un des principaux Campaign Managers et Top Chefs de Lakwizinnn du Prime Minister’s Office a été trouvé coupable d’entente délictueuse dans cette affaire de corruption.

Or, Prakash Maunthrooa a été sur tous les fronts durant la campagne électorale, notamment aux Nos 7, 8 et 9, que ce soit pour le “canvassing” politique auprès d’associations socioculturelles ou en commandant les opérations sur le terrain pour le compte du Sun Trust.

Après avoir passé le mandat écoulé au poste de Senior Adviser au Prime Minister’s Office, à la fois aux côtés de sir Anerood Jugnauth et, par la suite, auprès de Pravind Jugnauth, tout en siégeant sur des conseils d’administration d’Air Mauritius et de la State Bank of Mauritius, Prakash Maunthrooa s’était éloigné du Prime Minister’s Office après la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo du gouvernement MSM-ML pour mieux se consacrer à l’éventuelle élection partielle au No 7.

Par la suite, c’est lui et l’ancien vice-Premier ministre et président du MSM, Showkutally Soodhun, qui ont chapeauté les mobilisations partisanes du Sun Trust.

Prakash Maunthrooa aurait aussi joué un rôle important dans le “canvassing” politique de L’Alliance Morisien auprès des associations socioculturelles dans les prises de positions de ces dernières contre le leader du Parti travailliste et de L’Alliance Nationale, Navin Ramgoolam.

Il a aussi agi comme agent électoral au No 8 et avait eu maille dans l’enceinte d’un centre de vote pour ne pas avoir pu présenter de “pass” électoral acceptable. Et pas plus tard que mardi dernier, Prakash Maunthrooa était présent à la State House pour rencontrer les ministres de ce début de mandat de L’Alliance Morisien.

Bhagwan : « Mo gagn rezon »

Pour le député et secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, qui a à maintes reprises soulevé des questions parlementaires sur le personnage controversé de Prakash Maunthrooa, la question demeure aujourd’hui de savoir « comment réagira le Premier ministre » et leader du MSM, Pravind Jugnauth, maintenant que son protégé a été jugé coupable.

« Mo finn ena rezon poz tou sa kesion-la lor li toultan. Kouma li posib enn boug koumsa vinn Senior Adviser PMO alor ki pe poursuiv li pou koripsion ? » s’interroge ainsi Rajesh Bhagwan, avant d’ajouter que les Jugnauth ont “soutiré” l’intéressé.

« Mo finn poz kesion plin plin dan Parlman lor li. Kouma li kapav Senior Adviser, li board member Air Mauritius ek SBM ? Kouma kapav li gagn pasport diplomatik ? Mo ti pe apel li “Prankas” dan Parlman. Pann ler pou met li deor ? » soutient-il. Et d’ajouter : « Li divan divan dan meeting, dan Sun Trust, dan State House ! ». Et d’ajouter avec un brin de perfidie: « Ala nou inn trouv Prakash Maunthrooa anim miting remersiman L’Alliance Morisien avek zafer Boskalis ek so kondanasyon par lakour dan ka koripsion ».

Le nouveau leader de l’opposition, Arvin Boolell, est d’avis que Prakash Maunthrooa est un « bandari (cuisinier de biryani) dans Lakwizinn ». Il dit se souvenir des interpellations du député Bhagwan sur Prakash Maunthrooa à maintes reprises durant le mandat écoulé. « Kouma kapav enn dimounn ki ena akisasion formel gagn liberte fer tou seki li fer-la ? Kouma li kapav asiz lor bann board ? » s’est-il demandé. « Ziska finn amenn li dan delegasion ofisiel tou, e a sak fwa Jugnauth finn defann li », a-t-il ajouté.

De par les informations qu’il dit détenir de la campagne électorale écoulée, Arvin Boolell croit savoir que c’est Prakash Maunthrooa qui « a orchestré toute cette machination pour salir l’image de Navin Ramgoolam » auprès des associations socioculturelles. « Pa dir mwa Maunthrooa pa kone ki kantite kas finn fane dan sa eleksyon-la. Li em parmi bann pli gran manitou MSM », a-t-il.

À Lakwizinn du PMO, bien qu’on reconnaisse la contribution politique de Prakash Maunthrooa durant la campagne, on affirme qu’il revient au principal concerné d’assumer ses responsabilités dans la conjoncture. On estime qu’il va lui falloir laver son honneur après le jugement de la Cour intermédiaire prononcé contre lui.