Parmi les invités à la présentation de La passion de servir, l’ancien vice-président de la République Raouf Bundhun (2e rangée à l’extrême droite), qui est un des intervenants du documentaire

À ce stade, Cyril Chee Kim Ling n’envisage nullement d’exploiter commercialement La passion de servir. Ses collaborateurs dans la réalisation de ce projet et lui-même optent plutôt pour une formule de présentation gratuite du documentaire dans les écoles, dans des associations et dans des clubs qui en font la demande.

C’est ainsi qu’une séance ouverte au public est prévue ce samedi 4 août à partir de 16h au Centre Hua-Lien, à Trianon. Le documentaire a aussi une vocation pédagogique car le concepteur veut susciter parmi les jeunes des discussions sur des sujets d’intérêt commun. « C’est bon de vulgariser notre histoire commune mais tout commence après le film », dit Cyril Chee Kim Ling. « Comme beaucoup de Mauriciens, j’ai souffert des gaz lacrymogènes envoyés sur la population par des soldats britanniques pendant la bagarre raciale de 1968.

Le cardinal Margéot a joué un grand rôle dans l’apaisement de la tension sociale à différentes périodes. On est tous d’accord que sans paix sociale, il n’y a pas de progrès économiques réels et durables. Il est de notre devoir d’encourager les jeunes à continuer à bâtir sur nos différences religieuses et culturelles pour continuer le développement et pour consolider le vivre-ensemble mauricien en s’inspirant des “roles models” », explique le coréalisateur du film au sujet de sa démarche