Depuis que la route est hors-service à Macondé, la Corporation Nationale de Transport (CNT) a proposé aux habitants affectés par cette clôture une navette allant de Baie-du-Cap à Case-Noyale en passant par Chamarel. Bien qu’il soit offert, les habitants sont mécontents de ce service, qu’ils considèrent comme irrégulier.
Tous les matins, à 8 heures, Irenza Rico, qui habite Baie-du-Cap, prend la navette pour se rendre à Case-Noyale, où elle pourra prendre le bus pour se rendre au travail à La Prairie. Mais hier matin, explique-t-elle, la navette était « en panne » et n’a pas été remplacée. « Bis la pa finn ranplase e nou finn bizin pran bis 8h30 kot ti nepli ena plas », explique Mme Rico.
Le problème, poursuit-elle, c’est qu’il ne s’agit pas d’une exception. Par ailleurs, Irenza Rico explique qu’il faut compter au moins 35 minutes pour que la navette arrive à Case-Noyale et que, de là, elle doit encore prendre le bus pour se rendre à La Prairie. Au risque, du fait de l’absence ou de retard de navettes, d’arriver en retard au travail, ce qui lui arrive souvent, selon elle. Mais elle n’est pas seule à souffrir de ce problème, qui concerne aussi les écoliers de la localité. Voyager à bord des navettes, complètement bondées, représente en outre « un danger pour les passagers », estiment des habitants, quand bien même le service est gratuit. « Kan bis sorti dan garaz, banla bizin konai si bis la pou tomm en pann avant avoy li », s’indigne encore Irenza Rico.
Du côté de la CNT, un officier explique que, lorsqu’une navette tombe en panne, il est du devoir du chauffeur d’en avertir les responsables, qui feront remplacer la navette au plus vite. Ce qui ne serait pas le cas, selon cette habitante de Baie-du-Cap. Les navettes n’étant pas remplacées, elle a dès lors été contrainte de prendre un taxi. « Et taxi la, mo bourzwa pa ranbourse sa », dit-elle.
Le service des navettes n’étant que temporaire, les officiers de la CNT expliquent que des “check-up” sont également effectués par les officiers de la région pour s’assurer « que tout se passe bien ». Là encore, des habitants ne sont pas d’accord, estimant qu’en plus de l’absence de navettes, aucun chef de gare ne serait sur place pour les renseigner. Un problème d’autant cornélien que les habitants de la région sont toujours dans l’attente de l’ouverture de la route de Macondé. « Kan pou koltar sime la ? » se demandent-ils.