Le procès d’Avinash Ramgotee s’est poursuivi aux Assises ce matin avec l’audition de plusieurs autres témoins. Appelé à la barre, Jankee Parsad, habitant à quelques mètres de la maison des Jhurry à Lallmatie, là où l’accusé a déclaré avoir entendu une personne proférant des injures, a maintenu sa version selon laquelle, dans la soirée du 6 janvier 2006, il s’était rendu en famille chez sa soeur. Il a aussi indiqué qu’à son retour chez lui vers 23 h le même jour, il n’était pas au courant de ce qui s’est passé chez les Jhurry.
Dans sa déposition à la police, l’accusé Avinash Ramgotee avait déclaré qu’alors qu’il courait dans les champs de canne pour échapper à son oncle Rajesh Ramlogun, il a entendu une personne proférant des injures depuis la maison de Jankee Parsad. En cour ce matin, ce dernier a maintenu sa version des faits selon laquelle dans la soirée du 6 janvier, il s’était rendu en famille chez sa soeur qui habite à 20 minutes de chez lui.
Le témoin a indiqué ce matin, avoir quitté chez lui vers 17 h 15 et est retourné le même jour vers 23 h. L’avocat de la défense, Me Siv Pottaya, l’a alors confronté à sa déposition donnée à la police et dans laquelle il mentionne qu’il n’était pas chez entre 14 h et 22 h 30. « Li inposib, 11 zer mo finn retourne », a maintenu le témoin. Selon lui, il n’y avait pas beaucoup de personnes regroupées devant la maison des Jhurry à cette heure là. « Letan monn pase monn trouv inpe dimoun me mo pa finn al gete kifer. Landemin matin ki monn kone kinn arive », a-t-il soutenu.
Me Pottaya lui a alors demandé s’il n’avait pas remarqué la présence de policiers. « Non pa ti ena », a-t-il répondu. Et Me Pottaya de poursuivre : « Ou ti bwar sa zour-la, ou ti sou. »
Le témoin a aussi indiqué que le champ de canne à l’arrière de sa maison, par où est passé l’accusé, n’était pas éclairé.
La cour a aussi écouté le témoignage du cousin de l’accusé, chez qui il s’était rendu avant le drame. Veerjansingh Ramphul a confirmé que l’accusé était passé le voir ce jour-là pour lui souhaiter joyeux anniversaire. Il a aussi indiqué qu’Avinash Ramgotee n’est resté que cinq minutes chez lui. Il lui a proposé une bière mais l’accusé aurait refusé. Selon lui, Avinash Ramgotee était « enn bon garson ki ti edike ».
Un représentant de la National Human Rights Commission est aussi venue témoigner ce matin. À noter que l’accusé avait porté plainte pour brutalités policières à la National Human Rights Commission. Mais sa plainte avait été rejetée car la Commission a trouvé qu’elle n’était pas « substantiated ». L’audition des témoins de la poursuite devrait prendre fin aujourd’hui. Avinash Ramgotee serait le premier à être appelé à la barre du côté de la défense.