L’affaire de trafic d’armes avec pour principaux promoteurs deux ressortissants russes, Sergei Denisenko et Andrei Kosolapov, dénoncée dans un rapport de Conflict Awareness Project publié à New York en juillet 2012, pourrait être relancée bientôt. En effet, l’Executive Director de CAP, Kathi Lynn Austin, l’auteur de cette enquête démasquant la bande à Denisenko/Kosolapov voulant utiliser Maurice comme base pour le trafic d’armes sur le plan international, a signifié son intention formelle de coopérer étroitement avec l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans cette enquête et d’être présente à Maurice lors des procès en réclamations logés contre elle par des membres de la familles Mohamed, soit Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, Me Zakhir Mohamed, et le ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed. L’Executive Director de CAP a retenu les services de Me Vikash Teeluckdharry pour les prochaines étapes à venir.
« Effectivement, je confirme que mes services ont été retenus par Kathi Lynn Austin notamment dans l’affaire de réclamations logées contre elle par des membres de la famille Mohamed, dont le ministre Shakeel Mohamed. Elle m’a donné des instructions et m’a fait comprendre que she will fight these cases in Court rigorously and vigorously », a déclaré Me Teeluckdharry ce matin, qui s’apprête à établir le plan de travail par rapport à ces procès en réclamations.
Le mandat de Me Teeluckdharry comprend également le volet de l’enquête initiée par l’ICAC dans cette même affaire de trafic d’armes à partir de Maurice. « Kathi Lynn Austin is forthcoming to provide more details to ICAC in the course of the enquiry », a ajouté l’homme de loi. Ce dernier a confirmé que l’Executive Director de CAP ne compte nullement se dérober devant ses responsabilités et signifie son intention de faire le déplacement à Maurice en vue d’approfondir l’enquête de l’ICAC et les affaires en Cour suprême.
« À ce jour, aucune date précise n’a été arrêtée pour le déplacement. Je n’ai pas encore pris contact avec la direction générale de l’ICAC pour passer en revue l’évolution de l’enquête et prendre les décisions qui s’imposent. Il y a encore les échéances à respecter en ce qui concerne les procès. Tout sera mis en place en temps et lieu », devait ajouter l’homme de loi.
Dans un premier temps, Kathi Lynn Austin avait tenté de négocier un sauf-conduit légal contre des poursuites au pénal lors de tout déplacement à Maurice. Mais avec les membres de la famille Mohamed parvenant à servir du papier timbré pour les procès en réclamations de plusieurs dizaines de millions de roupies à Kathi Lynn Austin en marge de sa déposition initiale à l’ICAC dans les locaux du haute commission de Maurice à Londres, la question de déplacement à Maurice ne cause aucun problème.
Couverture
Suite aux conclusions de l’enquête de CAP en juillet de l’année dernière en marge d’une conférence internationale des Nations unies à New York sur le désarmement, le gouvernement avait gelé toutes les procédures initiées en vue de l’octroi d’un Air Operations Certificate par le Département de l’Aviation Civile à la société incorporée par les deux Russes installés à Maurice. Avec l’éclatement de ce scandale, les trafiquants d’armes russes Sergei Denisenko et Andrei Kosolapov ont quitté le pays pour ne jamais y retourner depuis. Ils avaient retenu les services des conseils légaux des Mohamed Chambers pendant leur passage à Maurice.
Pour Kathi Lynn Austin, la stratégie des Russes était d’utiliser la respectabilité de Maurice comme couverture pour un trafic d’armes dans la région. « The arms traffickers were looking for a place of respectability but also a place that would make it easy for them to do their business. This was an international arms trafficking ring. The tentacle stretch from South Africa to Australia to the United Arab Emirates to the United States. So, an offshore nation which seemed to be one of the best governed nations in Africa would provide them with both the infrastructure they needed to launch this gun running operation, but also the cover of respectability », fait-elle comprendre
Le CAP, engagé sur le plan international dans la lute contre le trafic d’armes, souligne que « Sergei Denisenko and Andrei Kosolapov were former lieutenants of Victor Bout’s arms trafficking network. Sergei Denisenko is on a US government special designated list. It means that, it is illegal for any American entity to do business with him, because of his tights to Victor Bout and because of his former arms trafficking activities in Africa. These arms traffickers were going to make a lot of money of the lethal business they were hoping to conduct in conflict zones in busting UN sections. What we did discover is that, there were number of American individuals and companies who are also involved in this particular trafficking network. Their operations could be considered in violation of US laws ».
À ce stade, très peu de détails ont transpiré quant aux développements intervenus au niveau de l’enquête de l’ICAC, sauf à propos du déplacement des responsables de l’Investigation Department à Londres en vue de consigner la première version des faits de Kathi Lynn Austin.