La municipalité de Curepipe a décidé d’aller de l’avant dans l’adoption d’une Equal Opportunity Policy (EOP), motion proposée par Ananda Rajoo, il y a trois semaines. Cette décision fait suite à la l’insistance de Brian Glover, président de l’Equal Opportunities Commission (EOC), auprès de Mario Bienvenu, maire de Curepipe, à ce sujet. La ville lumière devient ainsi, la première ville à se conformer aux dispositions de la section 9 de l’Equal Opportunities Act.
La municipalité de Curepipe avait dans un premier temps refusé d’adopter la politique d’égalité des chances à la municipalité de Curepipe prétextant un manque de moyens. Lors de la réunion du conseil de vendredi, Ananda Rajoo, initiateur de cette motion, est revenu sur le sujet en demandant à Mario Bienvenu, président du Conseil de faire circuler la lettre de Brian Glover, président de l’EOC. Le conseiller mauve a également souhaité connaître la réponse de la mairie à ce sujet. M. Bienvenu l’a invité à prendre connaissance de ces correspondances en les consultant dans le bureau du maire, avant d’annoncer, au grand étonnement des membres de l’opposition, que la municipalité accepte de mettre en place une politique d’égalité des chances, se conformant ainsi aux dispositions de la section 9 de la loi.
Cette proposition d’Ananda Rajoo, ex-maire de la Ville lumière, a été formulée dans le but de « réduire la frustration et augmenter la productivité » du personnel de la municipalité. Toutefois, elle touche également le secteur privé.
Par ailleurs, dans sa lettre adressée à Mario Bienvenu, le président de l’EOC a rappelé les obligations de la section 9 de l’Equal Opportunities Act. Brian Glover a voulu savoir également les raisons qui ont motivé le conseil de Curepipe à ne pas aller de l’avant dans l’application de la politique d’égalité des chances. Pour M. Glover, « la question d’argent est loin d’être un enjeu pour l’application de l’EOP car les guidelines ont été préparées par la commission dans le but d’aider les employeurs ».
Cette section de la loi stipule que toute entreprise ayant un minimum de dix employés doit adopter une politique d’égalité des chances, afin de réduire les risques de discrimination lors de recrutements et de promotions, entre autres. Pour le président de l’EOC, l’exemple doit venir d’en haut et le refus de la mise en place d’une telle politique à Curepipe aurait été un mauvais signal pour les autres employeurs.
Rappelons que le 15 avril dernier, l’EOC a émis les guidelines pour l’application d’une EOP dans les entreprises. La date butoir pour la mise en place d’une telle politique dans les entreprises est le 31 juillet 2013.
Curepipe se positionne comme étant la première ville à annoncer la mise en place de cette politique. « Étant un employeur, la municipalité a le devoir de mettre en place cette politique en vue d’aider ses employés », soutient Ananda Rajoo.