Le groupe Mauritius Union vise une croissance de l’ordre de 8-10 % en 2013 et espère concrétiser un projet de partenariat sur le continent africain. C’est ce qu’a annoncé Kris Lutchmeeraidoo, Chief Executive Officer du groupe, lors d’une rencontre avec Le Mauricien, rencontre à laquelle était également présent son successeur désigné, Bertrand Casteres. Ce dernier, qui est à la tête de la division d’Audit interne, prendra la relève dans le courant de 2014.
Mauritius Union se présente en leader du marché de l’assurance générale avec une part de 24 %. Coté sur le marché officiel de la Bourse, le groupe gère aujourd’hui des actifs de l’ordre de Rs 10 milliards dont Rs 8,5 milliards directement, le reste (fonds de pension, en particulier) étant assuré par la filiale, Feber Associates. Pour ce qui est des opérations d’assurance-vie tombant sous la responsabilité de La Prudence, la valeur des actifs est estimée à Rs 5,6 milliards. La valeur des primes se situe annuellement à environ Rs 600 millions. « C’est une opération qu’on continue de soigner et qui devrait progresser. Le groupe occuperait la 7e position au plan local avec une part de marché se chiffrant à près de 7 % », a indiqué Kriss Lutchmeenaraidoo. Parlant de la performance du groupe pour le présent exercice, ce dernier a laissé entendre que « 2012 a été une bonne année » même si la croissance en termes de chiffre d’affaires ne sera pas plus élevée que celle de l’année précédente. « Malgré la compétition dans le secteur, la MUA, demeure la compagnie d’assurance la plus profitable », a-t-il soutenu.
Le groupe, a souligné l’actuel CEO, réalise un retour sur fonds propres de l’ordre de 17 %. « Nous maintenons le tempo. Nous avons annoncé le paiement d’un dividende de Rs 5 par action comme cela a été le cas en 2011. Pour les employés, qui sont au  nombre de 450 environ, il y aura comme prévu un Performance Bonus, une mesure d’appréciation de leurs bons et loyaux services. Par ailleurs, nous investissons dans la formation du personnel », a déclaré Kris Lutchmeenaraidoo.  
Le marché mauricien, a poursuivi le CEO, est petit et il n’est pas facile de grignoter des parts. C’est pour cette raison, devait-il rappeler, que le groupe avait pris la résolution de se tourner vers l’étranger. Dès 2010, MUA s’est établi aux Seychelles. « L’agence seychelloise commence à bien tourner. Nous avons pris un peu de temps pour connaître les us et coutumes des Seychellois. Les opérations se développent et nous avons augmenté notre personnel qui est passé de 3 officiers au départ à 5 aujourd’hui », a-t-il fait ressortir.
Maintenant que l’activité dans l’archipel est bien établie, MUA se tourne vers d’autres frontières. « Nous avons l’Afrique en point de mire, plus précisément le marché d’Afrique de l’est. Nous étudions les opportunités et nous sommes prêts à les saisir dans une structure de partenariat avec un autre investisseur. 2013 sera définitivement l’année où nous allons focaliser notre attention sur le projet d’expansion régionale. Nous mettrons tout en oeuvre pour réaliser une telle implantation vers la fin du premier semestre 2013 », a laissé entendre Kris Lutchmeenaraidoo. La direction de MUA est en discussions avec des partenaires potentiels. Aussitôt une décision arrêtée, le groupe recherchera l’autorisation des autorités compétentes, en l’occurrence la Financial Services Commission et fera une communication au marché boursier suivant des règles préétablies.  
La MUA, a ajouté Kris Lutchmeenraidoo, est prête à accompagner les entreprises mauriciennes qui investissent en Afrique à réussir leur implantation en leur offrant la couverture d’assurance la plus appropriée.
Préparer la succession
Autre événement important marquant le parcours de MUA a été la récente désignation d’un successeur de Kris Lutchmeenaraidoo aux fonctions de CEO. Bertrand Casteres, d’origine franco mauricienne, a été choisi comme CEO Designate et prendra la relève de Krish Lutchmeenaraidoo à partir de 2014. « Une succession, se prépare. L’objectif est de donner l’opportunité au successeur éventuel de pouvoir maîtriser tous les rouages du groupe et de graduellement intégrer sa culture de gestion au sein de l’entreprise. Il ne faut qu’un tel changement provoque un déséquilibre dans les opérations de l’entreprise, dans les relations avec le personnel et les clients. Pour nous, il est primordial que ce soit une passation de pouvoirs en douceur. Au vu de la taille du groupe et de son importance dans le marché, il faut éviter toute secousse », a soutenu Kris Lutchmeenaraidoo.  
Âgé de 34 ans, Bertrand Casteres a fait son baccalauréat au Lycée Labourdonnais avant de poursuivre des études poussées en mathématiques appliquées et en sciences actuarielles en France. Il a ensuite travaillé au sein de Generali Assurance (5e assureur mondial), à la Fédération Française des Sociétés d’assurance et dans le département d’audit d’AVIVA Europe. Bertrand Casteres a intégré le groupe MUA en janvier 2012 en tant que Head of Internal Audit. « J’arrive à Maurice avec un mindset européen qui se veut rigoureux. Les règles du jeu sont très strictes en Europe. Je pense qu’il y a encore des verrouillages à mettre en place au niveau des structures organisationnelles. Je dois cependant mettre de l’eau dans mon vin car demain, je serai appelé à être un décideur, un entrepreneur. Pour cela, je fais confiance à Kris Lutchmeenaraidoo et à toute l’équipe de MUA notamment au niveau du day to day management. Je suis très honoré de la décision du conseil d’administration de me confier la direction générale du groupe MUA », a fait ressortir Bertrand Casteres.
Ce dernier a observé que son profil d’actuaire lui impose de la prudence dans la prise de décisions. « On ne peut prendre des risques à tout va. Le monde de l’assurance à Maurice se développe. Il faut toujours se tenir prêt à faire face à toute éventualité. En termes de sophistication de marché, Maurice n’a rien à envier aux pays européens. Le secteur de l’assurance est assez mature », a-t-il noté. Interrogé sur la concurrence dans le marché, Bertrand Casteres est d’opinion qu’il faut donner aux consommateurs un plus grand choix de produits et services. « Cela ne nous gène pas d’avoir un plus grand nombre d’opérateurs », a-t-il affirmé tout en insistant sur la disponibilité d’un service de qualité. Dans le domaine de l’assurance-vie, a-t-il précisé, la politique du groupe n’est pas de vendre des produits standards. « Nous procédons d’abord à une analyse du profil financier du client avant de lui proposer des produits spécifiques. Nous agissons plus comme un conseiller financier », a fait ressortir Bertrand Casteres.
D’autres changements graduels sont prévus au niveau de l’organisation interne de MUA. On annonce également pour début 2013 un relooking du rez-de-chaussée du bâtiment abritant son siège social à Port-Louis, espace qui sera converti en un Customer Service Hall. MUA opère huit agences à Maurice, une à Rodrigues et une autre aux Seychelles. Elle a ouvert une nouvelle agence à Goodlands dans le courant de 2012 et a procédé au transfert de celles de Richmond Hill à Grand-Baie La Croisette et de Centre de Flacq au Shopping Mall de Boulet Rouge.