L’athlétisme mauricien est rentré bredouille de la 2e journée des compétitions des Jeux de la Francophonie tenue hier au stade Félix Houphouêt Boigny. Jonathan Drack, sur lequel reposait l’espoir d’une médaille de bronze tout au moins, a échoué dans sa tentative, se contentant de la 5e place au triple saut avec un bond de 16,05 m. Quant à Jean-Yan Degrâce, il termine 7e de la finale du 100 m hommes en 10″58, le Seychellois Dylan Sicobo, qui évolue à Maurice, soufflant, pour un centième en 10″33, l’or qui semblait prédestiné au grand favori, l’Ivoirien Arthur Cissé Gué (10″34).
Jonathan Drack, qui évolue à Toulouse, n’a pas été assez convaincant depuis le début de l’année dans ses rares sorties au triple saut, sa meilleure marque se situant à 16,43 m, réalisée en juin au meeting de Carquefou en France. Performance insuffisante pour aller chercher une médaille face aux deux principaux favoris du concours, le Burundais Hugnes Zango et le Français Kevin Luron, qui valent 16,89 m et 16,67 m respectivement. Le Mauricien était lui engagé avec une performance de 16,67 m qui remonte à février 2016 au meeting en salle de Karlsruhe en Allemagne. Il avait par la suite atteint 16,66 m à Maurice, 16,61 m (4e) à Durban aux Championnats d’Afrique (juin) et 16,21 m aux Jeux Olympiques de Rio (août). Autant dire qu’hier, c’est la logique qui a prévalu sur le podium, le Malien Dia causant la surprise en s’emparant du bronze.
Quant à la finale du 100 m hommes, qui l’eut cru ? Et pourtant, c’est bien un jeune athlète seychellois qui débarquait un 17 octobre 2015 à Maurice au CIAM avec pour seules références 10″73 au 100 m et 21″96 au 200 m qui a crevé l’écran hier à Abidjan. Il s’appelle Dylan Sicobo et a cette année 20 ans. On ferait bien de ne pas l’oublier puisque c’est bien lui qui, sauf imprévu, remportera l’épreuve reine aux 10es Jeux des îles en 2019 à Maurice. Hier soir, Sicobo a fait pleurer tout un stade. Il a fait la course parfaite, pulvérisant au passage le record des Seychelles qu’il avait lui-même porté de 10″51 à 10″46 en mars à Réduit, puis à 10″33 avant-hier en s’imposant au 1er tour du 100 m. Et dire qu’il avait été éliminé au 1er tour, terminant 7e en 10″89 l’an dernier à Durban aux Championnats d’Afrique.
Aujourd’hui, Mohammad Dookun tentera de décrocher sa qualification pour la finale du 1 500 m, de même qu’Orwin Émilien et Aurélie Alcindor, tous deux engagés au premier tour du 400 m hommes et dames, alors que Fabrice Rajah aborde lui la première journée du décathlon.