Alors que, explique Paul Bérenger, le“mood”parmi les militants n’est pas, pour autant, en faveur d’une entente avec le MSM, le MMM, assure une fois encore le leader de ce parti, se prépare à affronter “seul”les prochaines élections générales.
Le leader des mauves dément, dans la foulée, ce qu’il estime être “deux fausses informations”publiées, vendredi, par nos confrères du Défi Quotidien. La première, dit-il, concerne une rumeur à l’effet que ce serait Madan Dulloo et non Paul Bérenger que leMMM présenterait comme son candidat au poste de Pm.
L’autre “fausse information”, selon Paul Bérenger, publiée vendredi toujours par nos confrères de Grande-Rivière-Nord-Ouest a trait à une annonce à l’effet que le député MMM Joe Lesjongard envisagerait de quitter son parti. Dans le premier cas, le leader des mauves regrette que le journaliste concerné “qui a, certes, le droit de spéculer”n’ait pas aussi jugé utile d’obtenir parallèlement une déclaration officielle “ni de Madan Dulloo ni de moi.”
“Mon bonami Navin”
Paul Bérenger, qui affirme que tel aurait, aussi, été le cas pour ce qui concerne Joe Lesjongard, constate que, pas plus tard que lundi, son “bon ami”Navin Ramgoolam est venu, comme lui, précédemment, reprocher àRadio Plus d’avoir, “abondamment”, le vendredi 13 juin, parlé “d’ultimatum”qu’aurait imposé le MMM au PTr pour que les modalités d’un éventuel accord entre ces deux partis soient mises en écrit. Sévère dans ses critiques à l’égard de nos confrères, le leader du MMM trouve que tout cela relèverait “d’une honteuse manipulation journalistique.”
“S’il se confirme que le MMM ira seul aux élections générales, l’on décidera en temps et lieu qui présenter aux postes de responsabilité, notamment, comme Président de la République, vice-Président, Premier ministre, Deputy-Prime minister, Speaker, Attorney General et autres”, soutient le leader mauve.
Revenant à la présente situation politique et des“rumeurs”, Paul Bérenger explique que le MMM avait souhaité un regroupement des partis et autres “gropuscules de gauche”favorables à une Réforme électorale. Le leader des mauves qualifie, à ce propos, de“très positive” la rencontre qu’il a eue, jeudi, avec le PMSD.
“Je comprends,dit-il, que Xavier Duval ne veuille pas précipiter les choses et c’est aussi très positif que le PMSD a rencontré le MSM même si ce dernier parti continue de tergiverser.”“Nous avons, Xavier Duval et moi, longuement discuté tant de la réforme électorale que du mini-amendement constitutionnel provisoire. Il ne m’a pasdévoilé lestand qu’entendent adopter les députés du PMSD au moment du vote, mais j’ai cru entrevoir quand même des signes positifs”, déclare le leader du MMM.
Quant à ce qu’il appelle“les gropuscules de gauche”, Paul Bérenger note simplement que “commetoujours”, ces regroupements“persistent à bouder!” Ainsi, compte tenu des “opinions divergentes”exprimées par les uns et les autres partis sollicités par le MMM, le Comité central (CC) de ce parti a décidé, hier après-midi, qu’il n’y aura finalement aucune réunion de coordination des partis de l’opposition en vue d’une action commune pour que les travaux de l’Assemblée nationale reprennent dans le meilleur délai.
Mini-amendement: “Formule trèsintelligente”
En revanche, le MMM dit se tenir prêt àorganiser, seul, une manifestation si, après un “délai raisonnable”, l’Assemblée nationale ne reprend toujours pas ses travaux après que le texte du projet de mini-amendement constitutionnel provisoire aura été finalisé. Il est, à cet effet, confirmé que le Deputy-leader du MMM et ancien Attorney General Alan Ganoo participera, mercredi, à ce que Paul Bérenger pense devrait être la “dernière réunion” du Comité Faugoo.
Le leader du MMM déclare, une fois encore, que cela aurait été “trop beau pour être vrai”si, parallèlement à un vote, sous la présente législature, sur le mini-amendement constitutionnel provisoire visant à permettre à ceux qui le désirent de ne pas déclarer leur communauté respective d’appartenance pour participer aux prochaines élections générales, le projet de loi sur la réforme électorale était, aussi, soumis à un vote à la prochaine rentrée parlementaire.
Il qualifie de “très intelligente”la formule finalement élaborée par Rama Sithanen dans le cadre du mini-amendement constitutionnel provisoire pour un ultime départage des Best Losers rien que pour les prochaines élections générales. Cette formule, rappelle le leader du MMM, consiste à trouver la moyenne, depuis l’indépendance, pour chacune des quatre communautés officiellement reconnuespar la Constitution, à ce jour.
Paul Bérenger révèle qu’avec l’éventuelle adoption du mini-amendement constitutionnel provisoire, les candidats MMM aux prochaines élections déclareront “under protest”leur communauté respective d’appartenance.
Il explique, à ce sujet, qu’au cas où une consigne était donnée en vue de permettre aux candidats mauves qui l’auraient souhaité de ne pas déclarer leur communauté d’appartenance pour cette ultime fois, cela aura des conséquences dans la mesure où le MMM risque, dans ce cas, de perdre des sièges de députés correctifs. “Nous ne voulons pas aussi donner le sentiment qu’au sein du MMM, certains sont plus ‘militants’ que d’autres”, explique le leader de ce parti.