Arrivé jeudi dernier pour une semaine d’essai, le Malaisien Raymond Stevon annonce déjà qu’il est prêt à signer pour « deux ans » au poste de directeur technique national (DTN) à l’Association mauricienne de badminton (AMB).
Âgé de 30 ans, Raymond Stevon, ancien élément de l’équipe national malaisienne, devrait revenir à Maurice début avril pour assumer pleinement ses nouvelles responsabilités, celles de préparer l’équipe mauricienne à la conquête de l’or aux prochains Jeux des îles en août à La Réunion. Il a déjà eu une rencontre avec les membres de l’AMB vendredi dernier, après quoi il a effectué une première séance d’entraînement avec les badistes de l’équipe nationale juniors et seniors suivie d’une deuxième samedi.
Ses premières prises de contact se sont plutôt bien passées, s’accorde-t-on à dire dans le giron. Et hier après-midi encore, il avait rendez-vous avec les badistes au centre national à Rose-Hill. « On m’a déjà mis au courant de défis à relever cette année, à savoir les Jeux des îles et les Jeux d’Afrique (Congo-Brazzaville en septembre). J’ai décidé de signer, espérons-le, pour deux ans, sur une année renouvelable. J’ai constaté jusqu’ici que les joueurs sont plutôt en assez bonne condition physique et techniquement pas bien loin du niveau africain. Ils ont juste besoin d’être peaufinés pour être en mesure de se surpasser », observe-t-il d’entrée.
Il est aussi d’avis que ces derniers ont besoin de plus de frottements et de sparring-partners pour s’améliorer. « Il n’est pas nécessaire pour eux d’aller à l’étranger. Mais si l’État est prêt à offrir son soutien, tant mieux. Sinon, ils peuvent s’affronter entre eux tout en restant sur place. That will be ok », estime-t-il. « Moi, je suis prêt à m’investir à 100 %. Tout dépend de leur disponibilité vu que certains d’entre eux travaillent et d’autres font des études. Je dois ajuster mon plan de travail par rapport à tout cela ».
Toujours est-il que lorsque le Malaisien prendra officiellement ses fonctions en avril, il se retrouvera à quatre mois de l’échéance indianocéanique. « Ce sera suffisant pour bâtir une équipe qui peut décrocher une ou deux médailles d’or », affirme-t-il sans le moindre doute. Il lui restera quand même à aller chercher les cinq autres médailles d’or vu que l’AMB espère et croit en une éventuelle razzia.
En tout cas, le Malaisien se dit prêt à relever ce nouveau défi, lui qui, avant de débarquer à Maurice, exerçait comme head coach pendant sept ans à Kuala Lumpur, la plus grande ville de Malaisie. Il a été membre de l’équipe nationale de son pays durant deux ans tant en simple hommes qu’en double hommes. Mais il dit également connaître son prédécesseur, l’Indonésien Tony Wahyudi, renvoyé fin décembre par l’AMB.