Me Alvin Juwaheer, avocat de profession, qui avait été traduit en Cour intermédiaire sous une accusation de « conspiracy to hinder police enquiry », a été acquitté hier. Dans un jugement motivé qu’ils ont rendu, les magistrats Renuka Devi Dabee, vice-présidente de l’instance précitée, et Raj Seebaluck, ont trouvé que la poursuite, représentée par Mes Shakeel Bhoyroo et Selveena Adapen, n’a pu établir la culpabilité de l’accusé. Alvin Juwaheer, était défendu par Me Gavin Glover SC et avait plaidé non coupable.
Le Directeur des Poursuites publiques (DPP) avait logé deux chefs d’accusation contre le jeune avocat. Dans le premier, il avait été reproché à l’accusé de s’être entendu, le 19 octobre 2009, avec une ressortissante sud-africaine, Elizabeth Scheepers, afin qu’un des proches de celle-ci, Johannes Jacobus Petrus Viljoen, en détention provisoire pour une affaire d’importation d’héroïne, se rétracte dans sa déposition dans laquelle il avait impliqué l’ancien sergent Anil Gooramsing (aujourd’hui décédé et qui était connu comme le Roi du Sud) comme étant la personne à qui était destinée la marchandise trouvée sur lui.
Dans le second chef d’accusation, il était mentionné que l’inculpé aurait poussé la Sud-africaine à loger une plainte à la Commission des Droits de l’Homme selon laquelle Johannes Viljoen aurait été privé de son droit constitutionnel de bénéficier de l’assistance d’un avocat lors de sa déposition aux enquêteurs.
Elizabeth Scheepers a obtenu l’immunité du DPP, avait d’ailleurs indiqué le chef inspecteur Sébastien Joseph lors du procès.
D’autre part, la poursuite, avait voulu à un certain moment produire une liste d’appels téléphoniques de Me Juwaheer obtenue à la suite d’un ordre émis par un juge en Chambre. Me Gavin Glover y a formellement objecté. Il a soutenu que la police n’avait pas confronté son client à cette preuve avant que le procès ne soit logé. Selon la procédure, la police doit demander au suspect ce qu’il a à dire pour sa défense sur les preuves contre lui.
Le ministère public a signifié son intention d’insister que l’« itemized bill has to be produced ». Toutefois, les magistrats avaient rendu un ruling favorable à la défense.
D’autre part, la Sud-Africaine aurait écrit dans une lettre qu’elle avait été contrainte d’impliquer Me Alvin Juwaheer dans cette affaire sous la pression de certains policiers. Lors du procès, Me Bhoyroo avait fait remarquer qu’Elizabeth Scheepers s’était rendue à plusieurs reprises à la Chancery House. L’avocat s’était ainsi demandé si elle n’avait pas été une complice de l’accusé. Pour Me Glover, tout semble avoir été fait dans le but de nuire à son confrère.
Les magistrats, dans leur jugement, s’attardent sur l’enquête de la police.