La finale féminine de la coupe des clubs champion de l’océan Indien s’est tenue hier au gymnase de Phoenix entre Hoop et l’équipe du Tampon. C’est sans surprise que les Réunionnaises ont remporté ce titre dans un match à sens unique, 81 à 33. Les joueuses de Rubin Batterie ont été dominées dans tous les compartiments du jeu et il faut aussi dire que l’ambiance dans les gradins était assez amorphe alors que bon nombre de spectateurs avaient fait le déplacement.
L’entame de match a été assez brouillon, les deux équipes ayant du mal à trouver leur marque. Cependant petit à petit, les Réunionnaises ont commmencé à prendre le match à leur compte. Avec un jeu très fluide, fait de passes précises et d’une adresse devant l’arceau, les Tamponnaises ont malmené la défense mauricienne. Hoop est resté impuissant face à un adversaire venu d’une autre planète. Emmené par une infatiguable Mélodie Gamarus qui a littéralement joué avec les défenseurs locaux et la no. 8 Maledon qui a fini meilleure marqueuse de la compétition,  les Réunionnaises ont plié le premier quart 15 à 3. Elles allaient faire encore mieux dans le deuxième quart. Hoop allait encaissé un cinglant 19 à 0. Il ne faisait plus aucun doute que le Tampon serait sacré champion.
Hoop a balbutié son basket tout au long du match multipliant les passes imprécises et manquant d’inspiration offensive. La maladresse dans la raquette et surtout le nombre de lancer francs manqués a aussi pesé lourd dans la balance. Il faut dire que les Réunionnaises avaient aussi mis en place une défense imperméable. De plus, elles étaient plus puissantes, plus athlétiques, plus vivaces et nettement supérieures sur le plan technique. C’était comme assisté à un match entre des pros et des jeunes du centre formation. Seul point positif du côté de Hoop, c’est la combativité affiché la Corinne Marguerite qui a été de loin la seule satisfaction sur le parquet. La réalité est que les Mauriciennes n’ont pas encore le niveau pour rivaliser avec les joueuses de l’île soeur et qu’il éxiste encore un gouffre entre les deux îles.
Rubin Batterie le coach de Hoop est du même avis:  » On a pêché dans la finition et on a raté beaucoup de tirs. Je pense qu’on a jamais réussi à développer notre basket. Personnellement, je ne comprends pas ce qui n’a pas marché. Est-ce que cela se situe au niveau physique, de la concentration ou de la confiance…il faudra trouver des réponses. On va s’appuyer sur ce match, tirer des leçons et essayer de construire pour l’avenir. L’objectif est d’atteindre le même niveau que la Réunion. Je félicite quand même mes joueuses qui ont réussies à atteindre la finale.  » Son homologue Tamponnais, Marc Risacher n’a pas caché sa joie pour sa part.  » On est content parce qu’on s’impose à peu près sur le même score que dans la phase de poule. L’équipe a été très sérieuses et elle n’a relâché sa concentration. On a un groupe solide qui a une très belle cohésion sur et en dehors du terrain. En ce qui concerne notre adversaire du jour, je crois qu’elles ont joué un bon match, mais le fait de n’avoir pas eu de compétition pendant deux ans a dû peser dans la balance, » a-t-il déclaré.
La bonne nouvelle côté mauricien est qu’Isabelle Némorin, la mauricienne qui évolue dans l’effectif du Tampon, a remporté le titre de meilleure joueuse du tournoi.  » Je tiens a dédier ce titre aux gens de la banlieu de Roche Bois, ma famille et mon équipe qui m’ont toujours soutenu. Même si j’évolue à la Réunion maintenant je dois dire que je garde un part de Maurice en moi. Je salue aussi la performance de Hoop qui a été très courageuse. Mon objectif maintenant serait d’arriver à faire une percée en France, » a-t-elle affirmé. Au moins une mauricienne aura goûté au sacre dans la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien.