Le Remake de l’alliance MSM-MMM de 2000 a passé facilement samedi la rampe de l’assemblée des délégués mauves. Il a été approuvé par une large majorité à main levée. Seuls une dizaine de délégués ont voté contre alors qu’une dizaine d’autres se sont abstenus. Dans son discours, le leader du MMM Paul Bérenger a fait clairement comprendre que le Remake, « c’est essentiellement sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger ». « Il n’y a pas d’observateur », a-t-il dit. Il a de plus précisé que sans un partage 30/30 des candidats entre le MMM et le MSM, il n’y aurait pas eu de remake. Le leader du MMM a, de plus, affirmé que les déclarations de la présidente de l’aile féminine du MMSD lui ont déplu et ont remis en cause tout ce qui avait été convenu avec le leader de ce parti Éric Guimbeau. Cette question devrait être évoquée lors d’une réunion MSM-MMM demain.
Revenant sur les raisons qui ont amené le MMM à conclure une alliance avec le MSM, Paul Bérenger a expliqué que cette démarche a pour but de provoquer l’organisation des élections générales au plus vite. Il a estimé que le MMM est néanmoins certain de remporter les élections dans le cadre d’une lutte à trois, rappelant avoir obtenu 44 % des suffrages lors des élections générales de 2010. Mais avec l’arrivée du MSM, l’opposition représente plus de 50 %. « Depuis que le MSM a quitté le gouvernement, chaque jour qui passe rapproche le pays du précipice. D’où la volonté du MMM et du MSM de provoquer les élections générales au plus vite », a-t-il dit. « Notre objectif est de mettre le gouvernement en minorité au Parlement dans le respect de la Constitution ». M. Bérenger a qualifié d’irresponsable et de dangereuses les remarques de Navin Ramgoolam selon lesquelles l’opposition veut faire un coup d’État. Il a rappelé qu’en 1969, le Parti travailliste avait amendé la Constitution afin de considérer les élections générales de 1967 comme ayant été organisées en 1972. « Pena plus grand viol de la Constitution qui sa », a-t-il dit. Il a aussi rappelé qu’en 1976, le MMM avait fait élire 34 députés à l’assemblée nationale contre 28 au Ptr et 8 au PMSD. Le MMM a été mis en minorité grâce à une coalition Ptr/PMSD. « Il est donc parfaitement légitime de tout faire pour mettre le gouvernement en minorité », a-t-il dit. Pour lui, « c’est un devoir de patriote pour tous ceux qui aiment leur pays que de se dissocier du gouvernement Ptr-PMSD-Transfuges qui n’a aucune légitimité ».