Annoncé comme la grande vedette de la compétition de natation à ces Jeux, Boris Steimetz a largement tenu son rang. Le Réunionnais a décroché pas moins de six médailles d’or. Il s’est illustré au 50m nage libre, 100m nage libre, 50m brasse, 200m 4 nages et aux relais 4×100 m nage libre et 4x100m 4 nages. Dans chacune des épreuves individuelles auxquelles il s’est aligné, il a établi de nouveaux records des Jeux.
« Je suis un peu le porteur de cette équipe. Pour beaucoup, je suis le grand frère qui est à l’écoute et qui partage son expérience », lâche-t-il. Cela se sent que le nageur est content d’être de la partie aux Seychelles. « Je reste un îlien et pour moi, participer à ces Jeux est un retour aux sources. Je suis content de me retrouver en compétition avec les nageurs des autres îles de l’océan Indien. »
Pour ce qui est de ses performances chronométriques depuis le début de Jeux, le nageur est le premier surpris. « J’ai eu une année un peu difficile et je suis content de voir que je peux réaliser des records des Jeux alors que je ne me suis pas spécialement bien préparé avant de venir aux Seychelles », confie le champion, qui est d’une grande simplicité.
Le nageur de 24 ans en est à sa troisième participation aux Jeux des îles après ceux de 2003 à Maurice et de 2007 à Madagascar. C’est une compétition qu’il aime bien, même si elle n’est pas du niveau de celles auxquelles il participe régulièrement. En effet, Boris Steimetz possède déjà un palmarès impressionnant sous les couleurs de l’équipe de France.
Il a été vice-champion olympique du relais 4x100m nage libre en 2008 à Beijing en Chine, vice-champion du monde universitaire au 50m nage libre en 2009, vice-champion d’Europe du relais 4×100 m nage libre en 2010 et champion d’Europe du relais 4x100m en petit bassin (25 mètres).
Après les Jeux seychellois, il s’accordera trois semaines de vacances bien méritées. Puis, il s’engagera dans une préparation d’une année avec l’équipe de France en vue des Jeux Olympiques de Londres qui demeurent son objectif prioritaire. « Les compétitions qualificatives pour les JO de Londres débutent en mars 2012. Il faut qu’à ce moment-là je sois prêt à réaliser de bons temps. »
Interrogé par rapport à la performance des nageurs mauriciens à ces Jeux, il répondra qu’il a constaté beaucoup de progrès. « Je vois que la natation mauricienne a bien évolué. Il y a quatre ans à Madagascar, le niveau avait connu une baisse. C’est une très bonne chose que Philippe Pascal, que j’ai très bien connu lorsqu’il travaillait à La Réunion, ait pris la direction de l’équipe. Cela promet pour dans quatre ans. »