La Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM) lancera le 2 octobre prochain le SEM-10, nouvel indice qui viendra remplacer le SEM-7 en vue de mieux refléter les conditions actuelles du marché officiel, notamment l’évolution de la capitalisation boursière ces dernières années avec l’arrivée de grosses « pointures ».
Rappelons d’emblée que le SEM-7 date de 1998. Celui-ci a été créé comme indice complémentaire à l’indice général du marché, le Semdex, pour donner la possibilité aux investisseurs de mieux suivre l’évolution des sept valeurs les plus liquides du marché officiel. Son remplacement par le SEM-10, souligne la SEM dans un communiqué émis à la mi-journée, était devenu nécessaire afin de témoigner de la forte progression de la capitalisation boursière ces dernières années et de l’arrivée de nouvelles valeurs sur le marché officiel. « Some of these newly listed companies have expanded the list of highly capitalized, liquid and frequently traded stocks », explique la SEM.  
La nécessité d’une réactualisation de l’indice SEM-7 s’est fait sentir, d’où l’élaboration du SEM-10, qui reflètera les dix plus grosses valeurs du marché en termes de capitalisation, de liquidités et de critères d’investissement. Comme cela a été le cas jusqu’ici concernant le SEM-7, une liste de cinq valeurs sera maintenue en réserve pour le SEM-10 (contre trois actuellement pour le SEM-7). De plus, pour les besoins de l’indice SEM-10, les responsables de la Bourse prendront en compte le niveau du SEM-7 à la clôture de la séance précédente (mercredi 1er cotobre) avant d’y ajouter trois autres valeurs.
L’introduction prochaine de l’indice SEM-10 avait été annoncée par le Chief Executive de la SEM Sunil Benimadhu lors de son allocution à la réception marquant le 25e anniversaire de la Bourse de Maurice. Sunil Benimadhu avait également évoqué cinq autres mesures envisagées par la SEM. Celle-ci procédera ainsi au lancement, fin novembre 2014, d’un “Sustainability Index”, qui suivra les performances des compagnies cotées basées sur le respect de différents critères ayant trait à l’environnement, le social, la bonne gouvernance et la participation au développement économique du pays. L’introduction, fin août 2014, d’un nouvel Exchange Trade Fund, l’Erafi-40, en association avec le groupe bancaire ABSA, est également à l’agenda de la SEM. l’Erafi-40 est nouveau produit dérivé de l’évolution boursière de 40 valeurs cotées sur la Johannesburg Stock Exchange.
La SEM se propose par ailleurs d’inclure dans le calcul de la capitalisation boursière les sociétés du secteur du Global Business cotées sur le marché officiel. « This initiative will not only boost our market’s capitalisation and bring it close to our near-term target of 100% of market cap/GDP ratio, but it will also consolidate the synergistic link between the Global Business Sector and the SEM, thereby reinforcing the substance of activities conducted in the Global Business Sector », avait indiqué Sunil Benimadhu.  
La sensibilisation du public à la chose boursière et l’éducation financière constitueront une autre initiative de la SEM. L’objectif, avait souligné la direction de la Bourse, est de renforcer le processus de démocratisation de l’actionnariat et d’éventuellement augmenter le nombre d’actionnaires (dans les compagnies déjà cotées) de 100 000 à 150 000 d’ici 2017.     
La sixième mesure évoquée par suni Benimadhu concerne le cadre régulatoire de la Bourse. La SEM compte ainsi établir une “watch list” des valeurs qui ne se conforment pas aux règlements de cotation ou qui ne respectent pas les engagements pris quant à l’exécution des projets annoncés dans leurs documents de demande de cotation boursière.