Les boxeurs de l’Association mauricienne de Boxe (AMB) n’avaient pu décrocher leurs qualifications olympiques pour les Jeux de Londres, en Angleterre ( du 27 juillet au 12 août), lors des Championnats du monde, en octobre dernier, en Azerbaïdjan, première phase qualificative du tournoi. Ils tenteront leurs chances lors de la deuxième et dernière phase, prévue du 27 avril au 7 mai, à Casablanca, au Maroc, où 48 places seront à prendre. Afin de mettre toutes les chances de son côté, l’AMB recevra, cette semaine, à partir de mercredi, des boxeurs Botswanais et Seychellois dans le cadre d’un stage intense commun qui se déroulera au Centre national de boxe (CNB), à Vacoas.
Le président de l’AMB, Rajiv Rajcoomar, avait récemment fait remarquer l’importance d’effectuer un stage de préparation de haut niveau en ce mois de mars. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les démarches se sont concrétisées et qu’à partir de ce mercredi ou jeudi au plus tard, les Mauriciens profiteront de la présence des sparring partners botswanais et seychellois. « C’est une étape très importante dans notre programme de préparation en vue du tournoi de Casablanca. Nous croyons fermement dans les qualités de nos boxeurs et nous sommes convaincus qu’on peut nous qualifier pour les Jeux de Londres. C’est la raison pour laquelle nous avons fait notre maximum pour l’organisation de ce camp d’entraînement qui durera une dizaine de jours », a-t-il déclaré.
Si les démarches avec la fédération botswanaise avaient été entamées depuis quelque temps déjà, en revanche, la venue des Seychellois s’est concrétisée au début de la semaine écoulée. « Le président de la fédération seychelloise, Hervé Anthony, était en transit à Maurice et il m’a appelé, m’indiquant qu’il souhaitait me voir. Avec le DTN Jean-Claude Nagloo, nous l’avons rencontré lundi après-midi et nous lui avons parlé de notre programme de préparation en vue d’une éventuelle participation aux Jeux olympiques. Nous lui avons fait une invitation pour ses boxeurs et il a accepté. Nous avons également parlé des Jeux des Iles de l’année dernière aux Seychelles et des incidents qui ont survenus. Nous sommes tous d’avis que cela fait partie du passé et qu’on doit regarder vers l’avenir et travailler dans l’intérêt de la discipline au niveau de la région »,a fait remarquer Rajiv Rajcoomar.
12 boxeurs étrangers attendus
Au total, sept boxeurs botswanais, accompagnés de trois entraîneurs, feront le déplacement. Du côté seychellois, ils seront cinq pugilistes et deux entraîneurs. Cela fait que ce stage regroupera 12 boxeurs étrangers et une vingtaine de Mauriciens. « Selon le programme établi, nous devions nous rendre en Allemagne en ce mois de mars pour participer à une compétition de haut niveau. Nous voulions faire déplacer huit boxeurs, mais notre budget ne nous a pas permis d’aller de l’avant avec ce projet. Nous avons ainsi préféré inviter des boxeurs et en ce faisant, nous allons pouvoir faire profiter un maximum de nos boxeurs », a indiqué le président de l’AMB.
Selon ce dernier, deux tests matches sont au programme de ce stage et il se peut qu’un des deux se tienne un samedi, au CNB. « Comme je l’ai dit, il était très important qu’on trouve quelque chose pour le mois de mars et nous sommes satisfaits, au sein de la fédération, d’avoir pu obtenir ce stage à nos boxeurs. »  En revanche, Rajiv Rajcoomar se dit inquiet pour le mois d’avril, car à ce jour, aucune négociation pour la tenue d’un camp d’entraînement à l’étranger n’a abouti. « Nous avons des contacts avec l’Inde. Mais depuis ces trois dernières semaines, les choses n’ont pas bougé. Le mois d’avril est un mois crucial et pour que nos boxeurs arrivent à Casablanca dans les meilleures conditions, nous devons obligatoirement effectuer une préparation de haut niveau à l’étranger », a fait ressortir notre interlocuteur.
Selon Rajiv Rajcoomar, il y a d’autres pays amis comme l’Angleterre, la France et la Hongrie entre autres, qui pourraient aider Maurice. Il n’empêche, a-t-il dit, qu’il va falloir trouver les fonds nécessaires dans la mesure où un déplacement vers l’Europe coûte très cher. « Il n’est cependant pas question qu’on reste les bras croisés. Si nous ne faisons rien pour trouver quelque chose, c’est sûr que la situation va se compliquer et devenir encore plus difficile », a-t-il, déclaré. Car il a ajouté que le tournoi de Casablanca sera très dur et que pour cela, les locaux devront faire preuve de beaucoup de sérieux et de détermination.
Ce discours, Rajiv Rajcoomar l’a tenu à l’issue d’une rencontre, le 27 février dernier, au CNB. Une rencontre qu’il a qualifiée d’importante et ce, dans le but de recadrer les boxeurs.  « Je me devais de convoquer les boxeurs en présence  des membres du staff technique. J’ai bien fait comprendre aux boxeurs que s’ils n’affichaient pas du sérieux, il fallait faire une croix sur les Jeux olympiques. Car j’ai constaté qu’il y a eu un manque de sérieux de la part de certains boxeurs. Certains ont un excès de poids, alors que d’autres sont indisciplinés. J’ai parlé de tous ces problèmes en présence du capitaine Bruno Julie et lui également a fait appel pour que tout le monde assume ses responsabilités », a conclu Rajiv Rajcoomar.