Depuis son ouverture, l’école maternelle et primaire International Preparatory School (IPS) connaît une croissance considérable dans le nombre d’inscriptions qui a augmenté de près de 40 %. Dans un contexte éducatif local en transition, nombre de parents mauriciens optent pour une éducation privée, et ce, au prix fort. Dans un entretien accordé à Week-End, Bruce Ashton, Head of School de l’IPS, nous explique cette nouvelle tendance.

Le nombre d’inscriptions a augmenté de 40 % durant ces trois dernières années. Comment expliquez-vous cette hausse ?

Plusieurs facteurs ont contribué à cette hausse du nombre d’inscriptions à l’International Preparatory School. Un premier élément serait le fait que l’IPS propose régulièrement à tous les membres du corps enseignant des formations pour un développement professionnel de haute facture. L’école a choisi de mettre l’accent sur un cursus très élaboré et facilement compréhensible par toutes les familles. Le programme a ensuite été communiqué et expliqué lors de réunions avec les parents et des petits déjeuners organisés à cet effet. Il a ensuite été publié sur le site Web de l’école. L’école a développé sa stratégie de communication en écoutant les besoins exprimés par les familles des élèves. Le conseil d’administration de l’IPS ainsi que l’administration de l’école ont choisi d’adopter une norme internationale, le Baccalauréat international (Ndlr : International Baccalaureate), et ont introduit l’IB Primary Years Programme. Chacun de ces éléments soigneusement introduits et communiqués a créé une ouverture et une confiance au sein de la communauté. Par conséquent, les familles des élèves qui sont déjà inscrits ou de ceux qui rejoignent IPS savent qu’elles font partie d’une organisation bien établie et bien structurée qui donne toujours la priorité à l’apprentissage et au bien-être des étudiants.

l Les parents mauriciens se tournent donc de plus en plus vers le privé. Quelles sont les raisons que ces derniers avancent pour justifier ce choix, malgré le coût très élevé des cours ?

Les familles mauriciennes savent qu’une éducation de qualité est à la base du succès. Beaucoup choisissent des écoles comme IPS qui offrent un programme solide et bien référencé, qui met l’accent sur les connaissances, les compétences et les comportements nécessaires pour réussir dans la vie. Bon nombre de familles qui inscrivent leurs enfants chez nous comprennent que la méthode d’apprentissage reposant sur la mémorisation des faits et des chiffres n’est plus le meilleur moyen de réussir. Nombre d’entre elles choisissent des écoles privées pour leurs enfants, car celles-ci inculquent aux élèves des valeurs comme l’entraide et la coopération, et comment tirer le meilleur parti de la somme d’informations dont nous disposons, grâce à la technologie, pour être certains de réussir. Les parents mauriciens, à l’instar des parents d’autres pays, souhaitent que leurs enfants aient les meilleures chances de réussir non seulement à l’école, mais aussi d’avoir un avantage certain lorsqu’ils entrent dans les cycles secondaire et universitaire.

l Justement quels sont les critères pour être admis à l’IPS ?

– L’IPS accueille des garçons et des filles âgés de 3 à 11 ans. Nous acceptons les nouveaux étudiants venant de familles d’expatriées à tout moment de l’année et les étudiants résidant à Maurice au début de chaque nouveau trimestre. Nous sommes toujours heureux de rencontrer des parents à la recherche d’une école, donc si vous vivez ici ou si vous êtes de passage à Maurice et souhaitez en savoir plus sur notre école, il suffit de prendre rendez-vous pour une visite guidée. L’IPS dispose aussi d’un portail en ligne qui offre de nombreuses informations sur l’école, sur les procédures d’inscription et d’admission. Le site Web offre aussi l’option aux parents de prendre rendez-vous pour une visite ou une conversation sans engagement de notre part. Je recommande toujours aux familles d’utiliser notre portail Open Apply et de prendre rendez-vous pour une visite guidée.

l IPS est une école maternelle et primaire privée anglophone. Comment se passe la transition vers le collège ou le lycée pour les étudiants ?

– A l’IPS, nous avons des liens très étroits avec diverses écoles secondaires de l’île. Normalement, un élève qui quitte IPS peut s’inscrire au Bocage ou à la Northfields School. Les enseignants des deux écoles rencontrent le personnel de l’IPS pour débattre sur les élèves qui vont rejoindre leurs écoles. Ils offrent toute assistance qu’il faut aux élèves lors de la transition. Tous nos élèves, à partir de la quatrième année, sont soumis chaque année à une évaluation internationale qui touche également soixante-dix mille autres élèves à travers le monde. Cela fournit à l’école et aux familles des informations normalisées sur les résultats des élèves par rapport aux autres élèves du même âge à travers le monde. Cette information est transmise aux écoles secondaires afin qu’elles puissent poursuivre ce type d’évaluation comparative jusqu’à la dixième année. Les élèves ayant fréquenté l’IPS sont souvent loués par ces écoles secondaires pour leurs connaissances, leurs compétences et leur comportement, trois éléments qui sont des garanties de réussite.

l Lorsqu’on parle d’école privée payante, l’on pense généralement aux écoles francophones. Les parents mauriciens ont-ils adopté le système anglophone ? En quoi ces deux systèmes diffèrent-ils ?

– En tant qu’école utilisant l’anglais comme langue d’enseignement, l’essentiel de nos cours est dispensé dans cette langue. Nous proposons des cours de français à tous les élèves, de la maternelle à la sixième année. Nous proposons différents niveaux de français afin de pouvoir répondre à la fois aux besoins des élèves qui ont le français pour langue maternelle et à ceux des nouveaux apprenants. Alors que nos plus jeunes élèves apprennent le français par le biais de jeux, de chansons et de comptines, nos élèves plus âgés assistent à des cours de français pouvant durer jusqu’à 45 minutes par jour, 5 jours par semaine, au niveau qui leur convient. Nous avons des critères très précis pour le placement des étudiants dans chacun des groupes de langue française et évaluons tous les étudiants à chaque session pour déterminer s’ils sont prêts à passer à un niveau supérieur d’apprentissage de la langue française. Je dois aussi souligner que beaucoup de nos élèves prennent part aux examens de l’Alliance française à titre de candidats privés et réussissent très bien. A l’IPS, nous proposons aux élèves qui choisissent le français comme deuxième langue l’examen du DELF de l’Union européenne.

l La demande pour l’IPS continue-t-elle d’augmenter ? Pensez-vous ouvrir un collège plus tard ?

– L’IPS est organisée autour de trois classes qui vont de Reception (4-5 ans) à la cinquième année (9-10 ans). En 2019/20, nous introduirons une troisième classe de sixième année, et l’année suivante, nous construirons des espaces d’enseignement supplémentaires pour accueillir des classes de musique, d’art, et d’art dramatique spécialement aménagées, ainsi qu’un espace supplémentaire pour permettre l’extension de notre département de la petite enfance avec une troisième classe de maternelle (3-4 ans).

L’IPS est une organisation à but non lucratif dirigée par un conseil de parents engagés qui ont ou ont eu des enfants comme élèves à l’école. L’IPS est une communauté d’apprentissage qui écoute les besoins et les attentes des parents et ce qu’ils veulent pour leurs enfants, maintenant et à l’avenir. Notre école est agréée World IB School et peut, à ce titre, proposer le programme de primaire IB. Nombreux sont les parents qui ont été très satisfaits du niveau de réussite élevé de leurs enfants chez nous. C’est cela qui nous a amenés à réfléchir à la possibilité d’une structure pour l’enseignement secondaire pour que les enfants issus du cycle primaire puissent continuer sur leur lancée avec nous. Notre conseil d’administration étudie sérieusement la question, car, au final, disposer d’une école secondaire permettra à l’IPS de mieux remplir sa mission qui est d’inspirer, de responsabiliser, d’autonomiser et de guider.

Entretien réalisépar Kovillina Durbarry