La CID de Flacq compte interroger une policière affectée à la police de l’Environnement et son ami travaillant au poste de police de Moka. Ils font tous deux l’objet d’une plainte pour séquestration. C’est un entrepreneur de 43 ans qui les a dénoncés au poste de police de Flacq, dimanche.

Selon ce dernier, il a fait la connaissance de la policière sur le réseau social Facebook. Le quadragénaire dira qu’il est en contact avec le bureau de l’Immigration et peut entamer des démarches pour des Mauriciens qui souhaitent se rendre à l’étranger. La policière, selon lui, était intéressée pour aller travailler au Canada. Le plaignant lui a demandé Rs 2 000 comme frais administratifs pour entamer les procédures.

En août, c’est son petit copain qui a sollicité ses services et il a pris Rs 2 800 au policier. Mais samedi, la policière l’a appelé pour demander un remboursement car elle n’était plus intéressée à immigrer. Idem pour le constable qui l’a contacté dans l’après-midi et lui a demandé de venir les voir chez eux à Centre-de-Flacq pour leur remettre leur argent. Une fois sur place, le quadragénaire a vu que les deux policiers étaient en compagnie de deux inconnus.

Le groupe l’a empêché de quitter les lieux et l’a accusé d’être un escroc. Ils lui ont demandé Rs 5 300 pour le laisser partir. Mais l’entrepreneur leur a dit qu’il n’avait que Rs 4 000. La policière l’a alors giflé, tandis que son petit copain s’est saisi d’un morceau de bois et l’a assené plusieurs coups sur le dos. Selon le plaignant, le policier a placé un couteau sous sa gorge et l’a forcé à signer trois papiers blancs.

Par la suite, selon le quadragénaire, le groupe l’a fouillé et devait saisir Rs 42 950 en sa possession. Dans sa déposition, il souligne que pendant deux heures, le groupe l’a empêché de quitter les lieux. Finalement, ils l’ont libéré dans la soirée. L’entrepreneur est rentré chez lui après cet incident car il était effrayé. Ce n’est qu’aux petites heures du matin, dimanche, qu’il s’est rendu à la police pour porter plainte. Il a conduit l’équipe du sergent Bhugaloo de la CID de Flacq dans une maison à Choisy Road, Poste-de-Flacq, où il était séquestré. Mais, le bâtiment était fermé à clé et la police n’a trouvé personne dans les alentours. Les enquêteurs ont appris que les deux policiers étaient en congé samedi. Néanmoins, ils ont alerté leurs supérieurs à Moka et à la police de l’Environnement.

Le couple devra faire face à un interrogatoire alors que le plaignant dit être en mesure d’identifier les personnes présentes dans la maison en question samedi. Cependant, la CID de Flacq estime qu’il n’aurait pas dit toute la vérité concernant la somme qu’il a prise du couple. Il sera questionné ce lundi pour plus de détails.