Les Mauriciens venus assister à la cérémonie protocolaire de la fête nationale au Champ-de-Mars hier ont particulièrement apprécié la démonstration des membres du 2e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine des Forces Armées de la Zone Sud de l’océan indien (FAZSOI) et le ballet des hélicoptères de la police, le Fennec et le Druv. Autre moment fort de la cérémonie : le lever du drapeau à 18 h par la Woman Police Constable Valérie Angel Arlanda, membre de la Special Supporting Unit (SSU), et première femme à hisser le quadricolore en haut du mât pour la fête nationale.
« C’était fabuleux ! C’est la première fois que je vois un hélicoptère faire marche arrière dans l’air », lance un spectateur. « Je n’ai jamais vu cela avant non plus », renchérit un autre. Nombreux sont-ils à avoir été marqués par ces numéros spectaculaires juste après la solennelle cérémonie de lever du drapeau.
Comme à l’accoutumée, la première partie de la célébration a été marquée par l’arrivée des personnalités importantes selon le programme établi par le protocole. Le Premier ministre et son épouse sont arrivés à 17 h 43. Après avoir salué la garde d’honneur, Navin Ramgoolam est revenu sur ses pas pour accueillir le président de la République sir Anerood Jugnauth et son épouse. À 17 h 49, soit après une minute de face à face, le temps qu’a duré la fanfare présidentielle, il les a salués. Le PM et le président se sont rendus sur le dais pour le salut de la garde d’honneur. Tous deux ont ensuite accueilli le président des Seychelles James Michel, invité d’honneur à la cérémonie, et se sont dirigés vers le dais. À 18 h, l’hymne national a retenti alors que Valérie Angel Arlanda hissait le quadricolore en haut du mât. Une cérémonie suivie des 21 coups de canon.
Place ensuite à la démonstration du Dornier, l’avion de la police, et des hélicoptères. Dans un premier temps, c’est le Fennec qui a ravi le public en proposant quelques numéros en plongée et en remontant à pic avant d’avancer à reculons. Le Druv l’a suivi. Sortant des Casernes, il a volé au-dessus du Champ-de-Mars en passant devant la marquise des invités, jusque vers La Citadelle où il a attendu quelques secondes avant de revenir à reculons pour prendre sa place dans le ciel parmi les trois autres hélicoptères, puis de repartir avec eux.
Place ensuite aux membres du Groupe d’intervention de la Police mauricienne (GIPM) pour une démonstration de descente en rappel de l’hélicoptère de la police sous les yeux ébahis du public. À peine avaient-ils terminé leur show que les regards cherchaient déjà le Transall de l’armée française, qui ne s’est pas fait attendre.
Volant à une altitude de 1 500 mètres, le Transall disparaît dans les nuages de temps à autre. Soudain, sortis des nuées, trois corps sombres qu’on distingue à peine apparaissent. L’on devine que ce sont les parachutistes. Les yeux rivés sur eux, on les admire alors qu’ils s’approchent du sol allégrement, un à un, en faisant des mouvements giratoires. Si au départ, cette descente semble lente, à quelques mètres du sol, le mouvement s’accélère. Le premier parachutiste arrive en faisant face au public. Absorbé par la puissance qui se dégage, celui-ci se met à crier comme pour montrer son ravissement. En un mouvement, le parachutiste se dirige vers l’espace destiné à l’atterrissage, à quelques mètres à gauche de la marquise des invités.
Quelques secondes plus tard, c’est au tour du deuxième d’atterrir, puis du troisième. Même cri de joie de la part du public.
À la tombée de la nuit, ce sont des groupes d’athlètes qui ont défilé suivis d’une démonstration pendant dix minutes des techniques d’intervention opérationnelle rapprochée de la SMF et du GIPM. Démonstration faite avec en fond sonore Eye of the Tiger, du groupe de rock américain Survivor sorti en 1982 pour le film Rocky III. Place au défilé des différents départements de la police, des organisations portant l’uniforme et des véhicules des forces de l’ordre.
À 18 h 55, le spectacle conçu spécialement pour la fête nationale afin d’illustrer visuellement le concept Maurice République Durable commence. Il dure 20 minutes. La cérémonie protocolaire prend fin avec un splendide spectacle de feux d’artifice. Le Premier ministre et les autres invités ont quitté le Champ-de-Mars. Le banquet d’État en l’honneur du président James Michel a eu lieu hier soir au Centre Swami Vivekananda à Pailles.