Des dommages évalués à Rs 1,7 milliard sont prévus d’ici 2100, en conséquence de l’impact du changement climatique à Maurice et à Rodrigues. C’est ce qu’a révélé hier le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Deva Virahsawmy, à l’ouverture d’une foire de trois jours à l’auditorium Octave Wiehe, Réduit, sur le développement durable, dans le cadre du Programme d’adaptation (au changement climatique) en Afrique.
« Un des principaux projets du Programme d’adaptation (au changement climatique) en Afrique (PAA), relatif à la Réduction des risques des catastrophes, a révélé que plusieurs endroits de notre île sont exposés à des risques élevés d’inondations et de glissements de terrains. Ainsi, d’ici 2100, plusieurs bâtiments et infrastructures à Maurice et à Rodrigues seront exposés à des dommages potentiels, estimés à Rs 1,7 milliard, conséquences de glissements de terrains et des risques d’inondation », a révélé le ministre Virahsawmy, devant un parterre comprenant, entre autres, le Chargé d’affaires de l’ambassade du Japon à Maurice, avec résidence à Madagascar, Tokuyasu Shigeru, du UN Coordinator et du UNDP Resident Representative, Simon Springett, du Permanent Secretary au ministère de l’Environnement Jhugroo et de la directrice du Département de l’Environnement, Dominique Lan Ng.
« Cette étude a également identifié les régions critiques inondables périodiquement et a précisé les zones côtières susceptibles aux risques d’inondation », a poursuivi le ministre.
Deva Virahsawmy a annoncé que des cartes identifiant les zones à risques susceptibles d’être affectées par des inondations et des glissements de terrain sont désormais disponibles. « Une Disaster Risk Reduction et une Management Strategy ont été aussi élaborées, accompagnées d’un Action Plan », s’est-il félicité.
C’est en fonction de cette situation alarmante au sujet du changement climatique que Maurice a pris des mesures pour y faire face, a ajouté le ministre. « Pour démontrer l’expression de notre engagement pour trouver des solutions à cette menace réelle, le gouvernement a placé le changement climatique comme une priorité sur son agenda », a-t-il expliqué.
L’intervenant a ensuite énuméré et élaboré sur les 30 projets que le gouvernement mauricien a réalisés sous le PAA. Mis en oeuvre en janvier 2010, le PAA prend fin en décembre 2012.
« Ces projets réalisés par mon ministère sous le PAA sont en ligne avec la vision du projet Maurice Île Durable (MID). La consommation et la production durables sont les voies qui mènent à une Maurice écologique », a-t-il encore expliqué.
Le ministre a auparavant exprimé la gratitude du gouvernement mauricien au gouvernement japonais pour les Rs 91 millions qu’il a mis à notre disposition pour la réalisation de ces 30 projets sous le PAA.
« Cette foire va permettre la mise en place d’un système de réseau et de collaboration entre les diverses institutions qui oeuvrent sur des programmes d’adaptation au changement climatique », a encore affirmé le ministre.
Depuis lundi, et cela jusqu’à mercredi, l’auditorium Octave Wiehe à Réduit accueille une exposition, des symposiums ainsi que des ateliers afin de sensibiliser le public mauricien aux défis auxquels nous devons faire face par rapport au changement climatique.