Les responsables du Collège du Saint-Esprit, situé Avenue Sir Vigil Naz, à Quatre-Bornes, ont écrit à la Traffic Management & Road Safety Unit du ministère des Infrastructures publiques pour réclamer que des mesures soient prises pour garantir la sécurité de leurs élèves. Mais ils s’indignent que leurs doléances soient  jusqu’ici restées lettre morte.
« Ce serait trop facile, “après lamor latizan” ! La Traffic Management & Road Safety Unit (TMRSU) ne pourra pas plaider l’ignorance s’il arrive malheur un jour à un de nos élèves ! » s’indigne un préposé du Collège du Saint-Esprit (CSE), que Le Mauricien a sollicité après avoir appris un problème de sécurité routière dans cet établissement scolaire de Quatre-Bornes et que les démarches entreprises jusqu’ici pour y remédier étaient restées vaines.
Notre interlocuteur explique que le CSE a deux départements, à savoir une Junior School et une Senior School, situés des deux côtés de l’avenue Naz. « Tout le long de la journée, nos élèves et les membres de notre personnel sont amenés à traverser cette rue pour gagner l’un ou l’autre de ces deux départements pour se rendre en classe. Mais nous avons noté avec inquiétude que des conducteurs font peu de cas de la présence des élèves et roulent à tombeau ouvert le long de cette route », explique-t-il.
Et notre source de dénoncer en particulier un conducteur qui, « tous les jours », au volant de son bolide vrombissant, se permet même de doubler sur le passage clouté reliant les deux départements, au mépris des lois les plus élémentaires de sécurité routière. Ce responsable affirme avoir logé une plainte à cet effet auprès du poste de police de Quatre-Bornes, ajoutant que, jusqu’ici, rien ne s’est passé. « C’est mathématique : un jour, ce fou du volant tuera un de nos élèves. Que chacun prenne ses responsabilités ! » s’alarme notre interlocuteur.
Craignant ainsi pour la sécurité de leurs élèves, les responsables du CSE ont écrit à la TMRSU demandant des mesures concrètes : l’installation de  panneaux “School Ahead – Dead Slow” dans chaque direction de l’avenue Naz, un panneau “No Parking” devant le collège ainsi que des ralentisseurs.
« Il y a certes une double ligne jaune devant le collège, mais très peu de gens respectent cela, ce qui constitue une obstruction sérieuse pour les autres usagers de la route, surtout aux heures de pointes, soit lorsque les bus scolaires et les voitures des parents viennent chercher leurs enfants », poursuit le préposé.
« Mais le pire, c’est que nous avons écrit à la TMRSU et que nous n’avons même pas reçu un accusé de réception ! Si la sécurité de nos enfants n’est pas une priorité pour ces messieurs, qu’est-ce qui l’est ? Doit-on s’attendre à avoir un quota de morts devant le collège pour qu’ils daignent se préoccuper de ce problème ? Pour nous, chaque jour qui passe est un jour qui nous rapproche d’une tragédie que l’on peut si aisément éviter si l’on fait son travail comme il faut. D’autant qu’on les a avertis ! », ne décolère pas notre interlocuteur.