La Cour suprême a prévu six semaines d’audiences dans un procès intenté par la société de service mobile Emtel Ltd. Cette dernière poursuit plusieurs entités, à savoir Cellplus Mobile Communications Ltd, l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA), Mauritius Telecom Ltd (MT) et le ministère des Télécommunications, et réclame conjointement aux quatre entités une somme totale de Rs 1,1 milliard. Emtel critique l’ICTA pour avoir omis de la protéger contre la concurrence déloyale.
 Emtel est une société sous le contrôle de Currimjee Jeewanjee & Co Ltd. La compagnie plaignante affirme que MT « a utilisé de sa position dominante pour nuire à Emtel ». Le représentant d’Emtel, Bashir Currimjee, avait été appelé à témoigner en cour devant le juge Ah Foon Yew Cheong Chui. Il a rappelé que la société Emtel est une pionnière dans le service mobile à Maurice et avait obtenu un contrat d’exclusivité jusqu’au 31 décembre 1995. MT avait mis en place la société Cellplus en 1996 et l’ICTA  avait accordé à Cellplus un contrat exclusif de trois ans pour les téléphones mobiles utilisant la technologie GSM. Dans sa plainte, Emtel soutient que  Cellplus a bénéficié de la logistique de MT et a commencé une campagne agressive pour son service de téléphonie mobile avant même que la période d’exclusivité accordée à Emtel n’ait expiré. Bashir Currimjee a déclaré que son entreprise a subi un manque à gagner de Rs 5 millions par mois et que Emtel a dû vendre ses actifs pour rembourser ses prêts.
La société a retenu pour cette affaire une avocate britannique en la personne de Me Marc Brealey, QC. L’ICTA est représentée par Mes Kailash Trilochurn, Arassen Kallee et l’avoué Roshan Rajroop, tandis que MT s’est assuré les services de Me Ravin Chetty, avocat principal. Enfin, Cellplus est représentée par Me Désiré Basset et le ministère des Télécommunications par un avocat parlementaire, à savoir Me Luchmyparsad Aujayeb.