… sauf pour la pomme d’amour, le chou-fleur et le haricot.

Les prix des légumes ont enregistré une baisse de 9% sur le marché, à l’exception des pommes d’amour dont le prix restera élevé pendant encore quelques semaines. Selon Kripalloo Sunghoon, président de la Small Planter’s Association, cette diminution de prix a été occasionnée par la récolte en grande quantité de certains légumes, dont pipengaille et margoze.

Kripalloo Sunghoon indique que la Small Planter’s Association a mené une enquête à travers le pays pour voir l’évolution des prix des légumes. « Un premier constat au cours de la semaine écoulée démontre qu’il y a une baisse de certains prix. Nous avons attendu jusqu’au week-end pour confirmer les données. Et les résultats concluent cela », affirme le président de l’association. Ce dernier explique que le climat a favorisé la culture des lianes. Ainsi, des légumes comme le margoze ou la pipengaille sont disponibles en abondance. En revanche, précise Kripalloo Sunghoon, les prix de la pomme d’amour, du chou-fleur ainsi que du haricot resteront inchangés dans les semaines qui suivent. « Les planteurs ont déjà semé les graines mais les légumes seront disponibles vers fin avril. En ce moment, il y a une abondance en bringelles. » Et de souligner: « Ce sera le cas pour d’autres légumes d’ici la fin du mois, à condition que nous n’ayons pas de conditions climatiques anormales. »

Un autre problème se pose, met en exergue Kripalloo Sunghoon: « Les planteurs disent avoir remarqué l’apparition d’anthracnose, une tache noire qui apparaît sur des légumes et le piment. C’est un champignon et dès que cette tache noire apparaît, les légumes ne sont plus comestibles. » Il poursuit: « J’ai pu comprendre que les planteurs perdent 25 à 35 livres de piment sur chaque 100 livres récoltés, soit environ 30% de leur récolte. De plus, un marchand achète le piment à Rs 12 le demi-kilo aux enchères mais il les vend à Rs 35 ou 40 le demi-kilo. J’ai voulu en connaître la raison. Donc, je me suis rendu chez quelques marchands et j’ai constaté qu’ils doivent jeter 50% du piment acheté en raison de l’anthracnose. » Et de faire ressortir par ailleurs: « Ce qui explique pourquoi le prix du piment est plus élevé sur le marché. »

Kripalloo Sunghoon dit avoir informé le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) de ce problème. « Le FAREI m’a fait comprendre que les planteurs font face à cette situation tous les ans, et ce à la même époque. L’anthracnose est causée par la chaleur et l’humidité en ce moment », affirme notre interlocuteur.
Il est souligné par ailleurs que très peu de planteurs traitent les graines de piment pour les semer à nouveau. La plupart des planteurs, soit 80% de la communauté des planteurs, achètent les graines pour semer. Donc, la « maladie » est inévitable, selon le président de la Small Planter’s Association.

En ce qui concerne les champs de légumes à travers le pays, Kripalloo Sunghoon soutient que beaucoup de planteurs les ont déjà préparés. Ceci dit, une importante quantité de légumes sera disponible sur le marché jusqu’à la fin de ce mois. Toutefois, il ne reste qu’un infime pourcentage de planteurs qui hésitent toujours à semer les graines. « Au mois d’avril, le pays est toujours arrosé par des pluies torrentielles. Ces planteurs craignent que leurs semences ne soient détruites par les pluies, si les prévisions s’avèrent. Donc, ils préfèrent ne pas investir dans la culture des légumes », indique notre interlocuteur.