Ashok Subron et Stefan Gua, de Rezistans ek Alternativ, ont été convoqués au Central CID ce mardi 7 mai. Pour Ashok Subron, il est clair dans cette convocation qu’il y a « une répression politique contre Rezistans ek Alternativ ».

La police reproche à Ashok Subron la tenue d’une protestation qui avait eu lieu le 11 février 2017 concernant de la passation de pouvoir au niveau du Prime ministership entre Anerood Jugnauth et son fils Pravind Jugnauth. Il a été convoqué sous une charge « d’organisation d’un rassemblement illégal ».

Quant à Stefan Gua, il a été convoqué sous une charge de « participation à un rassemblement illégal ». Ce dernier, à l’heure de la publication du texte, se trouve toujours au CCID.

Lors de son interrogatoire, Ashok Subron a laissé prévaloir son droit au silence, affirmant qu’il dira tout ce qui faudra en cour. Cette poursuite, ajoute-t-il, représente « une atteinte à la liberté d’expression et au droit des citoyens de dire non ».

« Nou trouv sa extreman grav ki aster la, plis ki de-z-an, apre le 1e mai, prosekision kont David Sauvage, kot Rivière Noire, bann taper inn finn lev ar nou e ki Collendavelloo inn kotionn sa bann akt reprezay-la. Zordi ena enn represion politik kont Rezistans ek Alternativ e tou bann dimounn ki parti prenant dan sa kalite konba-la ».

Ashok Subron lance ainsi un appel à la population afin d’être « plus vigilante » durant cette période pré-électorale face aux tentatives de « représailles » et de « répression » contre les adversaires politiques du gouvernement.

« Nou kone ki lepep moris pa dakor ek dominer. Tou gouvernman ki’nn fer dominer inn gagn bate dan bann eleksion ».

Ashok Subron et Stefan Gua sont représentés par un panel de trois avocats, dont Me Priscilla Balgobin, et Me Dev Ramano.