La présidente de la cour Criminelle intermédiaire, la magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen, a acquitté Lilambal Coothen, accusée de drug dealing (delivering cannabis). Elle était soupçonnée d’avoir dissimulé de la drogue dans une paire de chaussures pour la livrer à un détenu à la prison de Beau-Bassin.
La police avait obtenu un mandat de perquisition au domicile de Lilambal Coothen à la suite des allégations de trafic de cannabis portées contre elle par un dénommé Reshad Mathoorah. Chez elle, la police a saisi un téléphone et la somme de Rs 1 500 qu’elle soupçonnait provenir du trafic de drogue. Lilambal Coothen a ensuite était arrêtée et conduite à l’ADSU de Rose-Hill pour les besoins de l’enquête.
Deux témoins dans cette affaire, des officiers à la prison de Beau-Bassin, ont déclaré que le 12 juillet 2005, une femme attendait à la porte de la prison en vue de rendre visite à son fiancé alors en détention préventive. Lors d’une fouille, l’officier en charge a trouvé 49 sachets de gandia dissimulés dans une paire de chaussures. La femme a déclaré qu’un dénommé Reshad Mathoorah qu’elle avait croisé en route lui a demandé de remettre les chaussures à son fiancé. Un officier lui a alors demandé de dire à l’individu de se rendre immédiatement à la prison de Beau-Bassin.
En arrivant à la prison, Reshad Mathoorah a immédiatement été appréhendé par les policiers. Questionné sur les chaussures, il a répondu qu’une certaine Lilambal Coothen, qu’il connaissait sous le nom de Sheila, lui a demandé de rencontrer une femme à Curepipe et de l’accompagner à la prison de Beau-Bassin pour remettre un colis — des chaussures et des vêtements dans un sac en plastique — à son époux qui y est détenu. Reshad Mathoorah a déclaré qu’il ne savait pas ce que contenait le paquet.
Lilambal Coothen a déclaré pour sa part qu’elle n’avait pas remis de paire de chaussures à Reshad Mathoorah. Selon elle, ce dernier a voulu se venger d’elle car elle aurait refusé ses avances à l’époque où son époux était incarcéré.
Dans son jugement, la magistrate Kwok Yin Siong Yen retient que Reshad Mathoorah n’a pas été clair dans ses explications. Elle trouve qu’il ne pouvait faire le trajet Curepipe-Beau-Bassin avec une femme sans connaître son identité ni savoir pourquoi fallait-il absolument livrer un paquet à un détenu.
La magistrate a donc rayé la charge de drug dealing (delivering cannabis) qui pesait sur Lilambal Coothen.