Suite à l’amendement amené à la Law Practitioners Act par l’Attorney General en 2011 et les recommandations de la Nottingham Law School et l’Université de Limoges, le Centre for Professional Legal Studies (CPLS) est maintenant une réalité. L’inauguration a eu lieu hier à l’Université de Maurice (UoM) en présence de plusieurs personnalités dont le président de la République et le Chef juge.
En 1983, l’ancien juge Rajsoomer Lallah a présidé un comité pour revoir les études légales à Maurice et la formation des professionnels du système légal a été confiée au Council of Legal Education (CLE). Aucune réforme n’avait été amenée jusqu’à cette année avec la promulgation de la Law Practioners (Amendment) Act 2011 en septembre. Les nouvelles dispositions de la loi donnent la possibilité à l’UoM de dispenser des cours professionnels à ceux voulant devenir avocat, avoué ou notaire.
Le président de la République Kailash Purryag et le Chef juge Bernard Sik Yuen étaient les deux special guests hier à l’UoM. Ils ont dévoilé la plaque commemorative du CPLS en présence du ministre de l’Éducation tertiaire et de la Recherche Rajesh Jeetah, de l’Attorney General Yatin Varma, des responsables de l’Université et des membres de la profession légale dont le chairperson du Bar Council Me Rishi Pursem (SC).
Kailash Purryag, lui même avoué de formation, a soutenu que l’éducation légale est très importante pour un pays. « Il est important de fournir les outils nécessaires pour avoir des avoués, avocats et notaires compétents », a-t-il fait ressortir. Le président de la République a expliqué qu’en 1973, année où il est devenu avoué, les choses n’étaient pas faciles. « Il n’y avait rien qui ressemblait à ce centre… Plusieurs abandonnaient parce que c’était trop difficile », a-t-il fait ressortir. Le chef de l’État s’est adressé spécialement aux étudiants en disant que le droit est une profession qui requiert beaucoup d’honnêteté.
« C’est un rêve qui devient réalité. Je me suis longtemps battu pour que cette réforme soit amenée, bien avant ma nomination en tant qu’Attorney General en 2010 », a déclaré Yatin Varma. Il est d’avis que tous les professionnels du monde légal savent qu’il devait y avoir un changement dans le système car la formation n’était pas assez « practice based ». « L’emphase sera mise pour donner les moyens aux étudiants de commencer à pratiquer », a fait ressortir le conseil légal du gouvernement. Il n’a pas manqué de remercier particulièrement la Tertiary Education Commission (TEC) et le Chef juge pour l’aide apportée.
Rajesh Jeetah a déclaré qu’il fallait donner une dimension internationale à cette formation. Il a fait ressortir qu’il étudie la possibilité d’ouvrir la formation à d’autres juridictions africaines, dans l’esprit de faire de Maurice un educational hub. « Cela prendra certainement du temps mais le projet doit aboutir ». Le ministre de l’Éducation tertiaire n’a pas manqué de souligner l’importance de la recherche pour une université. « Une université se doit de faire de la recherche et ce n’est pas une option », a-t-il soutenu.