Décidément, nous sommes bien loin d’être arrivé à un terrain d’entente entre les membres du comité dissous de la FMC (Catherine Victoire, Jean-Lou Desjardins et Hans Brasse) et les démissionnaires (André Le Blanc, Jean-Philippe Lagane, Lawrence Wong, Dominique et Norbert Froget).  Entre d’un côté une équipe qui prône une Assemblée Générale Spéciale pour le remplacement de ses membres et l’autre pour une AGE, nous sommes loin d’être sorti de l’auberge….
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden est intervenu lundi dernier à son bureau au MJS auprès des membres du comité dissous de la FMC de même que les démissionnaires. Le but de ce tour de table était de trouver un terrain d’entente pour que le cyclisme local reprenne son envol et que les coureurs ne soient pas pénalisés, à deux mois et demi des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) à La Réunion. Mais force est de constater que les deux partis sont loin d’avoir trouvé un consensus. Du côté des démissionnaires, l’on a proposé de mettre sur pied un comité directeur intérimaire, du moins jusqu’au JIOI, avec un représentant de chaque club (10) dans un souci d’équité.
Mais au sein du comité dissous de la FMC, l’on persiste à organiser une assemblée générale spéciale pour remplacer les membres démissionnaires. Les opposants sont contre cette idée et sont prêts à loger une demande d’injonction en cour. Catherine Victoire (vice-présidente du comité dissous de la FMC) a tenu à faire ressortir qu’il y a seulement six clubs éligibles à savoir le Péreybère Sports Club (PSC), Port-Louis Municipal Cycling Club (PLMCC), Faucon Flacq SC (FFSC), l’Union Cycliste de Rose-Hill (UCRH), le Vélo club des Jeunes Cyclistes de Curepipe (VCJCC-Bank One) et le Goodlands Cycling Club (GCC).  « En ce qu’il s’agit du club de Vacoas/Phoenix Cycling Club et le Moka SC, ils ne sont pas éligibles car ils viennent d’être créés et le Sports Act précise que, pour qu’un club soit représenté au sein du comité directeur d’une fédération, il doit avoir existé depuis au minimum deux ans », explique-t-elle.
Mais Norbert Froget, l’un des démissionnaires, est pour sa part catégorique. Le GCC n’a pas sa place au sein de ce comité, « Je le dirai encore et encore, ce club du Nord de l’île est fantomatique. Il n’organise jamais de courses cyclistes. Comment un club pareil peut-être plus éligible que d’autres? Je me pose la question », souligne-t-il. Les démissionnaires sont également contre le fait qu’Hervé Flore fasse un come-back alors que ceux en place sont contre l’idée que Norbert Froget fasse partie du comité. Avons nous affaire là à un conflit de personnalité ou à un refus de travailler ensemble pour le bien-être du cyclisme ? La question mérite d’être posée.
Quoi qu’il en soit, le fait est, que ce n’est pas normal d’organiser une AG de remplacement quand il y a un problème au sein d’un comité directeur. Ce serait un gros problème et toutes les fédérations sportives en feraient de même quand un membre prendra la porte de sortie. Et bis repetita et bis repetita…Une solution doit impérativement être trouver au plus vite car ne l’oublions pas, c’est le sportif qui passe en premier et non les dirigeants. Tout doit être mis en oeuvre pour permettre au cycliste de travailler dans les meilleures dispositions. C’est la condition sine qua non pour la réussite d’une fédération. Il ne faut pas qu’il y ait des obstacles à la préparation des coureurs.