Véritable tour de force que celui réalisé par Christopher Lagane, hier au cours de la deuxième étape du Tour de La Réunion qui se dispute jusqu’à dimanche. Le coureur, à peine 18 ans, écrit une des plus belles pages de son palmarès, en prenant aujourd’hui le départ de la troisième étape en jaune, après une deuxième étape qu’il a terminée à la deuxième place, à deux secondes d’Olivier Boyer, vainqueur en 2h31’21.
« Pour l’instant, je ne réalise pas encore », nous déclarait, hier soir au téléphone, Christopher Lagane. Hier, les choses ont pourtant pris une tournure avantageuse pour le coureur de la sélection nationale, qui porte les couleurs de la Team MCB. En prenant la tangente en compagnie du Bénédictin Olivier Boyer — qui a par la même occasion affirmé lui aussi ses ambitions au général —, le Mauricien n’a pas laissé de marge à ses principaux adversaires. « J’ai 5’30 et 6’49 sur les principaux favoris (ndlr : Julien Amadori et Julien Souton), qui se sont faits piéger. Je peux voir venir. »
Mais plus important encore, son plus proche concurrent, Olivier Boyer, compte déjà 2’08 de retard. « C’est rassurant d’avoir une si bonne avance. Maintenant, il faudra gérer tout ça et maintenir le rythme jusqu’à dimanche. »
Maintenant qu’il est en jaune, il se sait la cible de toutes les attaques. À la sélection nationale de mettre en place une stratégie défensive pour protéger son maillot jaune. « Je ne m’attendais pas à prendre le jaune aussi tôt. C’est vrai que nous sommes venus avec des ambitions, après une bonne préparation et nous avons de bonnes jambes. »
Pour l’instant, si les rêves de victoire finale sont bien là, il lui faut encore passer les étapes restantes — six au total. « Les étapes sont toutes piégeuses. » À commencer par celle d’aujourd’hui, sur 102,3 km, « une jolie étape avec une arrivée en montée au Tampon », puis jeudi, une journée placée sous le signe des premières vraies difficultés, avec l’arrivée à Trois Bassins. Vendredi, une étape tranquille, mêlant descente et plat (125 km), de Trois Bassins à Saint Paul.
« Ce n’est que samedi que les choses seront dures, même si les écarts peuvent augmenter ou diminuer. Pour l’instant, nous avons une jolie avance, et ce serait bête de la perdre », analyse Christopher Lagane
Samedi, justement, la grande étape, sur 82 km, entre Saint-Paul et le bien nommé Dos d’Âne, avec une bosse d’une vingtaine de kilomètres. « Je pense que ce sera l’étape à ne pas rater. » Et le chrono dimanche matin ? « Je le ferai à bloc. C’est certain. » Et si tout se passe bien, il pourra alors parader dans l’après-midi, devant le Barachois, tout paré de jaune…