Photo illustration

Les médecins généralistes ont décidé de revoir le temps de consultation, qui passera à dix minutes par patient à partir de ce mercredi. La raison : la période de grâce de deux semaines accordée au ministère de la Santé, à l’issue de l’assemblée générale spéciale des médecins généralistes le 14 avril dernier, est terminée. Ainsi, le temps de consultation par patient passe d’une à deux minutes par patient à dix minutes partir de ce mercredi aux urgences et dans d’autres départements. Cette décision a été prise par les médecins généralistes car le ministère de la Santé ne veut pas ouvrir les négociations sur le “shift system”.

La Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) qui défend les intérêts des médecins généralistes a adressé ce mardi une lettre au ministre de la Santé, Anwar Husnoo. Dans cette lettre intitulée : “Doctorpatient Contact time”, Narendranath Gopee de cette organisation syndicale ceci : « Following a resolution unanimously voted at the Special General Assembly of the Medical and Health Officers Association on Saturday 14 September 2019 in respect of a review of the doctor-patient time from 1 to 2 minutes to an average of 10 minutes per patient, your ministry was given a grace period of 2 weeks to allow consequential arrangements to be made. The fact that this grace period is over, you are kindly invited to take note that the new doctor-patient contact time is henceforth being enforced in the Accident and Emergency unit and the Unsorted and Sorted departments. »

Du côté du ministère de la Santé, on insiste sur le fait que l’introduction de la semaine de 33 heures dans les services de santé publique concerne le Pay Research Bureau (PRB). Les horaires de travail des médecins généralistes ne sont pas régis par le ministère de la Santé, dit-on. D’ailleurs, le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, avait indiqué lors d’une question parlementaire du député Salim Abbas Mamode, le 24 septembre, que le rapport du PRB de 1993 avait qualifié les Medical and Health Officers comme des Shift Workers et qu’ils doivent travailler 40h par semaine incluant les samedi et dimanche. Cependant, cette mesure ne pouvait pas être appliquée en raison d’un manque de personnel. Le rapport du PRB de 2016 est revenu à la charge avec le “shift system”.

Lire l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 2 octobre.