Des cris répétitifs provenant de la plage l’ont alertée. Cette agent de sécurité d’un hôtel croyait d’abord à une blague. Mais les appels à l’aide ne s’estompant, elle a décidé de s’enquérir de ce qui se passait sur la plage d’Albion hier.

« Il était aux alentours de 17h15. J’ai entendu des cris venant du lagon. Comme il y avait plein de monde à la plage, je croyais que c’était des enfants qui jouaient. Mais les cris devenaient persistant : ‘Trap mo lame, tir mwa, mo pe toufe’. Je suis allée voir. Trois personnes, des enfants, semblaient en danger en mer », raconte-t-elle.

Comme signalé par les services météorologiques depuis la semaine dernière, la mer connait de fortes houles de trois à quatre mètres ces jours-ci.

Inaction.

Les appels à l’aide des trois nageurs ne provoquent toutefois aucune réaction du public. « J’ai alerté le public : ‘Sap sa bann zanfan-la’. Mais personne n’a bougé. On m’a ri au nez », relate l’agent de sécurité.

Elle essaie également d’alerter un secouriste de l’hôtel. « Je l’ai appelé de ma radio ». Mais lui aussi n’a pas réagi, soutient-elle, ce dernier lui déclarant qu’il ne peut « quitter mon poste ».

Un secouriste est déployé et les gardes-côtes débarquent également. Ils parviennent à extirper deux des trois victimes de l’eau. « La dernière avait déjà coulé… Ils ne l’ont pas retrouvée », raconte l’agent de sécurité.

Le corps sans vie de cette adolescente de 13 ans sera finalement retrouvé ce lundi matin. Les deux autres jeunes secourus sont toujours hospitalisés.