Les pongistes ont rendez-vous aujourd’hui dans le cadre du Doubles Open Tournament, qui se tiendra au Centre national de tennis de table à Beau-Bassin. L’occasion pour l’encadrement technique de jauger les paires, à quelques semaines des Jeux du Commonwealth. D’autant que la prestation de la paire n°1 sera passée au crible.
« C’est la question de la semaine. Isabelle Chowree et Widaad Gukhool seront-elles à la hauteur des attentes ? » Une question posée par l’entraîneur national, Rajessen Desscann, quelques heures avant le tirage au sort. D’ailleurs, la paire est la mieux cotée pour enlever le titre, devant le tandem Caroline Ramasawmy-Sheetul Goodhur. « Elles sont les meilleures. Et ce tournoi sera l’occasion pour elles d’effectuer des réglages en vue des Jeux du Commonwealth », explique-t-il.
Mais attention tout de même aux autres prétendantes. Sans pouvoir mettre à mal la suprématie du duo Gukhool-Chowree, les autres, à l’instar d’Élodie Ho Wan Kau ou autre Ruqqayah Kinoo. « Il s’agit pour les favorites de faire attention à leurs adversaires. Chaque paire aura des prétentions qu’elle voudra faire valoir », analyse Rajessen Desscann. D’autant que la paire Ramasawmy-Goodhur présente des arguments solides. « Cette association peut créer la surprise dans cette compétition ».
Du reste, si on verra la paire n°1 chez les dames, les paires masculines en vue des Jeux du Commonwealth ne seront pas présentes ce samedi, les trois pongistes sélectionnés étant tous des expatriés. « C’est dommage. Nous aurions voulu avoir une idée de la force des joueurs avant qu’ils ne mettent le cap sur Glasgow », avance Rajessen Desscann. Mais l’absence de gros bras ne veut pas dire que le spectacle ne sera pas au rendez-vous. Trois paires se démarquent du lot, à un jour du tournoi.
Doit-on parler de favoris quand trois tandems présentent plus ou moins les mêmes qualités ? En premier lieu, les deux anciens champions de Maurice Allan Arnachellum et Warren Li Kam Wa. Peut-être l’association la plus dangereuse, avec notamment deux titres de champion à eux deux. Derrière eux on retrouve l’autre tandem, très jeune, avec Wassiim Gukhool et Omar Ahmed. Ce sont les plus gros challengers. « Wassiim et Omar sont très jeunes, mais ils ont développé une excellente technique de jeu. S’ils arrivent en finale, ils pourraient renverser les pronostics ».
L’autre paire, celle composée de Jason Pontoise et Miguel Inguil, semble elle aussi capable de se hisser au moins en demi-finale. « Eux aussi sont dans la bonne zone de progression. Il s’agira pour eux de se montrer sous leur meilleur jour et ils pourront créer la surprise », conclut Rajessen Desscann.