L’Attorney General Yatin Varma et le ministre du Travail et des Relations Industrielles Shakeel Mohamed ont procédé hier au lancement d’un livre sur les lois du travail du Pr Torul et du Dr Gunputh. Les deux sont d’avis que cet ouvrage sera une référence dans le domaine. À une question du Mauricien, Yatin Varma dira que Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth veulent « mettent en péril l’État de droit qu’est Maurice. Les attaques à l’intégrité du DPP montrent qu’ils ne respectent pas la séparation des pouvoirs ».
Le lancement du livre du Professeur Ved Prakash Torul et de l’Associate Professor Gunputh, intitulé « Procedural Fairness in the law of unfair dismissal in Mauritius and South Africa », s’est tenu hier à la mairie de Port-Louis en présence de l’Attorney General Yatin Varma et du ministre du Travail et des Relations Industrielles Shakeel Mohamed. Des membres de la profession légale, du Judiciaire, de la Mauritius Employees Federation (MEF) et de la force syndicale y étaient également présents. Cet ouvrage est disponible à Rs 1 000.
Le Professeur Ved Prakash Torul (président de la Commission pour la Conciliation et la Médiation) et l’Associate Professor Gunputh (Dean de la faculté de Law and Management à l’Université de Maurice) sont des académiciens et chercheurs très connus à Maurice. La préface du livre a été signée par le juge Bushan Domah, ancien lecturer à l’UoM, connu pour son approche pédagogique dans ses jugements. Selon le Pr Torul, les procédures dans la loi s’agissant des licenciements abusifs ne sont encore qu’à un « infacy stage ». Il a soutenu que quand les parties concernées comprendront les principes invoqués dans ce livre, les disputes seront gérées plus facilement.
Dans son discours, Yatin Varma a expliqué que ce livre ne sera pas seulement un outil essentiel aux employeurs et employés mais servira aussi d’ouvrage de référence pour ceux évoluant dans le domaine légal. « The book will be a powerful tool in the hands of any academic or practitioner », a-t-il déclaré. L’Attorney General a salué l’expérience des deux hommes dans le domaine de l’enseignement et en tant que consultant pour les lois du travail et des relations industrielles. Yatin Varma a conclu son intervention en remerciant le Pr Torul et le Dr Gunputh pour le papier blanc qu’il ont rédigé sur la Legal Aid Reform et qui a amené à des amendements de la Legal Aid Act.
Le ministre du Travail Shakeel Mohamed a salué cet ouvrage qui, selon lui, allégera son travail dans les relations entre le monde syndical et les employeurs. « With this book, workers and employers will be able to find some sort of way to set up things », a-t-il soutenu. Il a affirmé que le lancement s’est fait à la veille des célébrations de la fête du Travail que le ministre dit s’efforcer de valoriser. Shakeel Mohamed a soutenu que les auteurs ont rendu un immense service au pays. Et d’ajouter qu’il espère que ce livre deviendra bientôt une référence.
Questionné par Le Mauricien concernant les propos de Paul Bérenger et de sir Anerood Jugnauth sur l’intégrité du Directeur des poursuites publiques (DPP), l’Attorney General a déclaré qu’ils « mettent en péril l’État de droit qu’est Maurice ». La séparation des pouvoirs (NdlR : Exécutif, Législatif et Judiciaire) est un principe démocratique respecté dans les États de droit. « Les attaques à l’intégrité du DPP montrent qu’ils ne respectent pas la séparation des pouvoirs. C’est un poste constitutionnel et indépendant », a-t-il ajouté. Yatin Varma a ajouté que de par ces attaques, la nouvelle alliance de l’opposition veut « mettre le pays à feu et à sang ».
Le ministre Shakeel Mohamed a par ailleurs dénoncé « la bassesse », selon lui, de l’opposition qui entre dans la vie privée des membres du gouvernement. « Ils ont téléphoné à mon ex-femme en Malaisie pour lui demander pourquoi nous avons divorcé… Ce n’est pas une façon de faire de la politique », a-t-il affirmé. Shakeel Mohamed a souligné les efforts de son ministère pour organiser une vraie fête du Travail pour les travailleurs. « Si ou anvi al ekout politisien ou kapav… Si ou anvi al amize ou kapav », en ajoutant que pour sa part, il sera à Vacoas et ensuite avec les travailleurs.