L’Union européenne (UE) a, par le biais de Francesca Mosca – directrice au sein de la Commission de l’UE de Afrique subsaharienne, des Caraïbes et du Pacifique –, insisté sur le fait que l’UE n’a nullement l’intention de réduire l’importance des organisations régionales. Celle-ci participait à la cérémonie d’ouverture de la réunion plénière de l’Inter-regional Coordinating Committee dans les locaux de la Commission de l’océan Indien. Francesca Mosca répondait ainsi à une remarque  du secrétaire général de la COI, Jean-Claude de l’Estrac, qui a fait part de ses appréhensions concernant « certain attempts to minimize the role of our regional organisations ».
« Nos pays membres ne peuvent espérer promouvoir l’intégration économique en réduisant le rôle des organisations régionales », avait dit M. De l’Estrac. Francesca Mosca s’est voulue rassurante mais a toutefois demandé aux organisations régionales de respecter leurs mandats et, surtout, de prendre en considération les développement en cours dans la région.
La création d’une association tripartite (SADC, COMESA, Organisation de l’Afrique de l’Est) constitue, selon elle, un « développement majeur » dans la région. De plus, la volonté de l’Union africaine de créer une zone de libre-échanges doit également être prise en compte. La directrice de la Commission européenne a souhaité que les membres de l’IRCC s’informent sur la situation de la région et développent ensuite un plan stratégique « réaliste ». Elle a exprimé sa volonté d’avoir une discussion « franche et ouverte » avec les  organisations présentes à Maurice.
L’ancienne directrice de la Commission européenne Claudia Weidey-Nippold, aujourd’hui directrice de l’European External Service, participe également à ces discussions, qui portent sur la programmation de l’aide européenne dans le cadre du 11e FED.