« La Turquie est appelée à devenir un partenaire privilégié pour la communauté des affaires mauriciennes », a déclaré ce matin Azim Currimjee, président de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) lors de son allocution à l’hôtel Maritim, Balaclava, à l’ouverture des rencontres professionnelles entre une délégation de 32 membres de la Turkish Exporters Assembly et des hommes d’affaires locaux.
Le déplacement de cette forte délégation turque, le quatrième en l’espace de trois ans, fait suite à la signature de deux accords de coopération signés par la MCCI avec, d’une part, le Foreign Economic Relations Board of Turkey et, d’autre part, avec l’Union of Chambers and Commodity Exchanges of Turkey. Il intervient également dans le sillage de l’accord de libre-échanges que Maurice et la Turquie ont paraphé en 2013 en vue de donner un coup de pouce à leurs échanges commerciaux. Cet accord, a souligné Azim Currimjee, « offre de grosses opportunités aux opérateurs économiques mauriciens » qui veulent exporter leurs produits sans restriction tarifaire et sans quota vers un marché comptant environ 80 millions de consommateurs et dont le Produit intérieur brut s’élève à plus de USD 800 milliards. « Turkey stands as one of the fastest economies in Europe and in the world », a rappelé le président de la MCCI.
Cependant, les données officielles concernant les exportations mauriciennes vers la Turquie démontrent que ce marché est faiblement exploité, la valeur des exportations se situant à seulement Rs 123 millions en 2015, par rapport à Rs 144 millions en 2014 et Rs 168 millions en 2013. Maurice vend à la Turquie principalement du denim, des tapis, des produits de décoration pour gâteaux, savons et détergent, t-shirts et chemises. Or, l’accord de libre-échange donne un accès préférentiel à un plus large éventail de produits mauriciens, comme le poisson, l’anthurium, les légumes, le thon en conserve, les biscuits, les fruits tropicaux (ananas, mangues et goyaves, entre autres), ainsi que des produits textiles et d’horlogerie. Nos exportations vers la Turquie ne représentent actuellement qu’un pourcent de nos exportations totales.
La MCCI est également d’avis que pour les hommes d’affaires turcs, les opportunités ne manquent pas à Maurice. En sus d’un accroissement des transactions commerciales, l’accord de libre-échange, a poursuivi Azim Currimjee, ouvre la voie à une collaboration plus élargie entre nos deux pays. « Mauritius can serve as Turkey’s gateway into the Eastern and Southern region », a-t-il déclaré, faisant remarquer que la SADC et le COMESA comptent plus de 20 pays membres et environ 600 millions de consommateurs.
Pour la MCCI, il y a possibilité pour les hommes d’affaires turcs d’étendre leurs activités et ventes en prenant avantage de l’expansion des connexions aériennes proposées par Maurice. La venue de Turkish Airlines à Maurice, a observé Bashir Currimjee, consul honoraire général de Turquie à Maurice, rapprochera en outre les deux pays. Bashir Currimjee est également d’avis que les opportunités d’accroissement des échanges commerciaux bilatéraux ne manquent pas.
La valeur des exportations de la Turquie vers Maurice a atteint près de Rs 1,5 milliard en 2015, soit en légèrement progression par rapport à celle de 2014 (Rs 1,46 milliard). Les principaux produits vendus par la Turquie sont les barres de fer, les médicaments, les véhicules, les câbles électriques et les cigarettes, entre autres. Le chef de la délégation de la Turkish Exporters Assembly, tout en se félicitant de la qualité des relations commerciale bilatérales, a fait comprendre qu’il y a une volonté d’accroître les échanges et que la Turquie veut que tout développement se fasse sur la base du principe de “gagnant-gagnant”.