Back to his best ! Le cheval champion de l’année 2013 s’est rappelé aux bons souvenirs de ses partisans, samedi, en enlevant The Robert De Senneville Cup au terme d’une somptueuse ligne droite. Il permet du coup à son établissement de franchir la barre des Rs 5 millions de stakesmoney engrangées depuis le début de la présente saison.
Battu mais jamais surclassé, tel pourrait sans doute se résumer le début de saison de Liquid Motion cette année. Engagé dans quatre épreuves, le poulain de Patrick Merven avait accroché trois accessits avant de terminer cinquième, à un peu plus d’une longueur de Polar Bound dans l’édition 2014 de la Barbé Cup. Tout proche de la victoire, il n’a pas laissé passer sa chance pour renouer avec la winner’s box samedi dernier, en s’offrant le scalp d’un certain Tandragee. Ces deux chevaux ont d’ailleurs gratifié le public d’une belle ligne d’arrivée, la monture de Cédric Ségéon prenant le dessus dans l’ultime foulée. Pour le Français, ce sont surtout les circonstances de course qui ont joué en faveur de Liquid Motion.    
« Aujourd’hui, il faut savoir que Tandragee portait 61 kgs et Liquid Motion 58 kgs, alors que c’était l’inverse en début d’année. Tandragee avait pris le first run et il a été plus difficile à venir chercher avec un grand jockey comme Damien Oliver sur le dos. Je suis content que Liquid Motion ait remis les pendules à l’heure parce que certaines de ses courses ne s’étaient pas trop bien passées. Tout est rentré dans l’ordre maintenant, » devait se féliciter Cédric Ségéon. « On a gagné avec un bon cheval mais il ne faut pas oublier toute l’équipe qu’il y a derrière. Je veux nommer les handlers, les palefreniers, les vétérinaires, le maréchal-ferrant. Je ne suis que le jockey mais je sais que tout le monde est très content quand ce cheval gagne parce qu’il nous a ramené beaucoup de satisfaction depuis qu’il est à Maurice. »
Liquid Motion avait effectivement eu une saison pleine l’année dernière, culminant avec le titre de cheval champion. Il semblerait que son entourage a décidé de le préserver cette saison, nous confie notre interlocuteur. « Liquid Motion est un cheval qui est souvent à la plage. On gère un peu son entraînement vu qu’il a eu une dure saison l’an dernier. Il a fait toutes les courses difficiles la saison dernière et il avait besoin d’un peu de repos. Il est revenu en pleine forme aujourd’hui, pour notre plus grand bonheur. »
Match nul entre Ségéon et Oliver
Le Français aurait pu doubler la mise dans l’épreuve de clôture mais il a fallu un Damien Oliver au sommet de son art pour venir le priver de la victoire. Parti de son premier couloir, Soaring Free avait pu mener les débats à sa guise. Il s’ést  montré très combatif dans la ligne d’arrivée mais été impuissant face au percutant finish de Urbi Et Orbi qui l’emporta d’un rien à la photo-finish. Fair-play, Cédric Ségéon a tenu à saluer la belle monte de son homologue australien. « Soaring Free a très bien couru mais on est tombé sur un grand jockey. Après la course, Damien Oliver me disait qu’il y avait match nul entre nous après la confrontation Tandragee-Liquid Motion. C’est un jockey qui compte plus de 2500 victoires en carrière et je suis très content de pouvoir me mesurer à quelqu’un de sa trempe. C’est jamais facile contre un tel jockey au finish. Soaring Free a été très généreux, je me suis battu comme un beau diable mais on a malheureusement mis le nez devant après le poteau, c’était trop tard, » devait nous lâcher le jockey français, une pointe de déception dans la voix.
L’état-major de l’écurie Merven s’attendait sans doute à une meilleure moisson mais a joué de malchance. Très prisé au niveau des paris, Arctic Sun n’a pu défendre ses chances correctement. En effet, l’alezan a saigné en course. Selon son cavalier, Arctic Sun était complètement cuit à la rue du Gouvernement. Il vaut plus que cela et mérite d’être revu. Mountain Thunder s’est aussi bien comporté. Avec son bon numéro de corde, il a suivi dans le sillage du meneur mais n’a pu passer à la vite supérieure dans la ligne d’arrivée. Son cavalier est d’avis qu’il s’est bien battu mais que Maestro’s Salute était meilleur. Modèle de régularité, il devrait bien se plaire dans cette division. Quant à Even Chance, il n’a pu tirer profit de son bon couloir pour prendre le train à son compte. Il fut très vite débordé par Ushokolethi qui ne fut jamais rejoint par la suite. « Even Chance a couru une course honnête, je crois que Ushokolethi est plus fort. Je n’ai pas voulu me battre avec lui pour le commandement vu qu’il était très véloce. Il nous avait déjà battu l’an dernier et il nous a battu à nouveau à la loyale. Ce sera plus facile pour nous maintenant qu’il monte de catégorie, » devait nous déclarer le cavalier français.