Ça roule au super actuellement pour l’écurie Serge Henry. Cet établissement s’est taillé la part du lion samedi dernier avec un joli triplé — son premier de la saison et le troisième après ceux de Foo Kune et Rousset— par l’entremise des outsiders Commodore Pete, Variant et Seattle Ice. La moisson aurait pu être encore meilleure, mais le favori Captain Vedici joua de malchance dans la cinquième épreuve où il échoua d’un nez. Cette performance permet à ce yard de récolter Rs 571 000 en termes de gains et de gagner un rang au classement général tout en complétant le podium derrière Rousset et Foo Kune.
La journée démarra sur une bonne note pour l’état-major de l’écurie Serge Henry avec Commodore Pete. Ce dernier très chuchoté à ses débuts avec l’apprenti Bhaugeerothee sur le dos, n’avait pu justifier la rumeur favorable ce jour-là, terminant à 25L du vainqueur. Certes, des progrès étaient attendus de sa part, mais la prudence était de mise dans son entourage vu sa contre-performance réalisée lors de la deuxième journée. «Sur sa dernière course, je ne lui accordais pas de très grandes chances. C’est une agréable surprise et c’est ce qui nous fait vivre dans notre métier. On croit tout savoir mais finalement, on ne sait pas grand-chose», a lâché Stéphane Ladjadj après la course, avant d’ajouter: «La dernière fois, j’étais très confiant en ses chances. Pour tout vous dire, j’étais très déçu que ce fut une course réservée aux cavaliers mauriciens, car je voulais absolument le monter, mais il avait terminé dernier, très loin du vainqueur. Ce qui était assez surprenant. S’il était sorti cinquième ou sixième on aurait pu comprendre. On aurait conclu qu’il avait besoin de découvrir la piste, mais de là à finir sur les genoux. C’est pourquoi j’avais des doutes. Je me suis dit qu’il y a peut-être quelque chose que je n’ai pas vu. Etant donné que c’est un cheval un peu nerveux, j’ai conclu qu’il perd peut-être de son énergie avant la course. Comme vous avez sans doute pu le voir derrière les boîtes, je suis descendu de ma monture et j’ai essayé de le décontracter au maximum».
Après avoir suivi en troisième position dans le dos de Jack Flash et Imperial Palace qui faisaient le lièvre, Commodore Pete se rapprocha dans un premier temps dans la dernière courbe, mais ce n’est que dans la ligne droite que Ladjadj pressa le bouton. «Il le fait de belle manière. C’est un cheval qui est doté d’un brin de qualité. N’oublions pas qu’il avait remporté sa dernière course en Afrique du Sud par plus de 10L. Je le trouvais encore jeune et un peu fou, mais il m’a prouvé le contraire».
L’écurie S. Henry réalisa le doublé avec Variant qui effectuait sa rentrée cette saison. Pour l’occasion, ce fils de l’étalon Var était confié à Rakesh Bhaugeerothee. Face aux spécialistes du 1000m, on ne faisait pas de lui le favori, mais son entourage avait un «silent hope» avant la course, car il avait bénéficié d’une préparation méthodique à travers une rééducation complète à Floréal et de pas moins de trois barrier trials à Port-Louis. L’apprenti attaché à cet établissement ne laissa pas passer sa chance pour ouvrir son compteur 2013, et à l’issue d’une sage course d’attente, il permit à sa monture de faire la différence dans la ligne d’arrivée. « Je remercie mon entraîneur qui m’a fait confiance en m’accordant cette monte. Je l’ai piloté comme il me l’avait demandé. Je ne l’ai pas bousculé et je l’ai laissé faire selon son pas. C’est un cheval qui lorsqu’il se retrouve dans le dos d’un concurrent, donne le maximum de lui-même. Il a répété ses galops sur la grande piste. A l’entrée de la ligne droite, j’étais confiant qu’il allait pouvoir faire la différence. Je dis bravo à l’écurie, à mon entraîneur, M. Serge Henry et à toute l’équipe, les apprentis et les palefreniers, surtout ceux de La Brasserie qui font un énorme travail. Je remercie aussi Ravi Rawa qui s’est montré très patient avec ce cheval à Floréal pour le rééduquer et améliorer son comportement dans les stalles», a déclaré le cavalier français.
« Finalement c’est Captain Vedici qui n’a pas répondu à nos attentes »
Auteur des débuts remarqués lors de la troisième journée, Captain Vedici faisait figure d’épouvantail dans The Paul Langlois Cup et laissait présager un joli triplé au profit de l’écurie. Malheureusement, pour lui, sa langue passa au-dessus de son mors dans le premier tournant lorsqu’il fut repris par son cavalier vu que How Many To won avait réduit l’allure à l’avant. On pouvait d’ailleurs constater qu’à partir de là, il avait la langue sur le côté. Lorsque Captain Vedici accrocha le meneur à l’entrée de la ligne droite, on pensait que le tour était joué, mais une fois le nez devant, la monture de Ladjadj ne s’appliqua plus. Et il se fit reprendre dans les dernières foulées par le représentant de l’écurie Perdrau. «Je suis un peu déçu de Captain Vedici qui était notre meilleur atout. Finalement, c’est celui qui n’a pas répondu à nos attentes. Aujourd’hui, tout le monde a bien vu qu’il n’a pas voulu mettre la tête devant. Je suis d’avis qu’il est encore un peu bébé. Il s’arrête quelque peu quand il prend la tête. Je suis déçu pour les propriétaires. Mais ce sont des grandes personnes avisées. Ils savent que les courses ne se passent pas toujours comme on veut. Quoi qu’il en soit, ils ont un cheval d’avenir», soutient le jockey français.
C’est Seattle Ice qui permit à Serge Henry de réussir son triplé. Certes, il n’avait pas été surclassé à sa reprise, mais on ne lui accordait pas une chance de premier ordre, car il affrontait des adversaires de taille et on craignait qu’il ne souffre du second run after rest syndrome. Même Stéphane Ladjadj n’y croyait pas trop. «Je n’y croyais pas en début de parcours. J’étais tellement loin derrière. Mais il a très bien accéléré finalement», a lancé le Français. «C’est un cheval qui donne de très fortes sensations. Il possède vraiment un sprint final époustouflant. La dernière fois, il avait très bien couru après 11 mois d’absence. C’était une grosse performance car on n’était même pas à trois longueurs du gagnant. Aujourd’hui, nous l’avons quelque peu oublié, moi en premier. Dans la ligne d’en face, je ne croyais pas dans la victoire. Il est parti très lourd, à la manière des vieux chevaux. Il n’arrivait pas à suivre le rythme. Petit à petit, il a recollé au peloton. A 250 m il est venu tout seul; je me suis dit que ça sentait bon. Il m’a fait un 200 derniers mètres extraordinaire. Je sentais bien que les chevaux de devant venaient à moi. Il fallait juste un peu de chance», a expliqué Ladjadj.
Un peu plus tôt, le jockey français était en action sur Wing Man qui courut en net progrès dans la troisième épreuve. Malheureusement pour lui, ses oeillères ses déplacèrent dans la ligne droite. On peut penser qu’il aurait pu prétendre à la victoire s’il avait bénéficié de l’usage de son oeil droit. Wing Man termina troisième. Ce qui constitue sa meilleure performance à ce jour chez nous. Hugo The Boss réalisa également une reprise prometteuse et aurait pu prétendre à mieux s’il avait obtenu une fin de course limpide. Il en est de même pour Read My Heart qui dut être repris à 150 mètres de l’arrivée lorsque Shahruhk changea de ligne devant lui dans l’épreuve de clôture. Donc, avec un peu de chance, la récolte aurait pu être encore plus fructueuse pour l’écurie S. Henry qui a démontré qu’il faudra compter avec elle cette saison.