Vinay Naiko tourne à un gagnant ou presque par journée dans cette dernière tranche de la saison. Il a encore frappé lors de la 37e journée avec l’outsider Win A Million. Son compteur affiche désormais 11 victoires à quatre journées de la fin de la saison régulière.
« Si on m’avait dit de signer pour une telle « perf » en tout début de saison, je l’aurais fait volontiers ». Un constat qui en dit long de la satisfaction affichée par Vinay Naiko en ce qui concerne sa forme et son efficacité 2014. A 42 ans, issu de la génération de Vijay-Anand Bundhoo, Jean-Roland Boutanive, Samraj Mahadia et autres Praveen Nagadoo, ce triple jockey champion de Maurice aux 151 victoires façonnées en 29 ans de carrière au Champ de Mars, fait encore le bonheur de quelques écuries. « Franchement, je ne m’attendais pas que je sois aussi bien servi dans ce présent exercice. Je reste un gros travailleur. Tant que la roue tourne dans la bonne direction et que ma forme physique me permet, je continuerai mon boulot, » avance encore celui qui a marqué lui aussi sa génération ».
Samedi dernier, c’est avec un gros outsider, Win A Million, un coursier qui est allé défier le grandissime favori Lord Al sur le kilomètre, qu’il s’est signalé. « Win A Million a gagné et a saigné. C’est un sujet régulier bien taillé pour la catégorie 7. Lord Al paraissait imbattable. Il restait sur une victoire qui n’est pas passée inaperçue. Je savais qu’il n’était nécessaire que je fasse la course aux avant-postes. Il l’a fait au finish et bien. Mais il a hang in en ligne droite et cela m’a un peu surpris. Il faudra voir cette faiblesse et apporter les ajustements en conséquence ».
Avec trois autres montes durant ce 37e meeting à huit courses, Naiko n’a pu faire au mieux qu’une cinquième place en deux occasions contre un décevant dernier rang. « Western Jet nous autorisait quelques espoirs légitimes eu égard à sa réputation sud-africaine. Il avait couru une bonne troisième place à 0,85 longueur seulement de Captain Magpie à sa dernière apparition au Champ de Mars. Finalement, je déduis que la catégorie dans laquelle il était aligné samedi était trop forte pour lui. Nordic Warrior, en revanche, a confirmé qu’il est redoutable avec un quatrième succès de rang. Western Jet doit apprendre à courir plus détendu en course. Je l’ai trouvé nerveux samedi ».
Vinay Naiko qui pilotait Barney Barnato, lui aussi cinquième dans l’épreuve de clôture, mais à 2,85 longueurs du fuyard Aspen Emperor, ne considère pas cependant que son coursier aura fait une mauvaise course. « Aspen Emperor nous a surpris tous en s’installant d’entrée en tête. Personne n’a pu réagir à ce coup tactique ».
Finalement, il qualifie la dernière place d’Al Romanov sur lequel il avait gagné deux fois lors des quatre dernières sorties du coursier de Mahess Ramdin, de « décevante ». « Al Romanov a perdu sa course dans les premiers 200m. En courant one off, cela ne l’a pas aidé. Il est à revoir. Mais j’estime qu’il vaut plus que sa dernière place et ses 10,35 longueurs concédées.