Après la session de travail des archevêques de la région ouest et du centre Afrique faisant partie du Council of Anglican Provinces of African (CAPA), tenu à Maurice la semaine dernière, le diocèse anglican accueille depuis ce matin à Rose-Hill la réunion annuelle du Comité permanent du Synode de la Province anglicane de l’océan Indien. La situation à Madagascar figure en bonne place à l’agenda de cette réunion de travail régionale qui prendra fin le 2 août et qui est présidée Mgr Ian Ernest, l’archevêque de cette province.
La Province anglicane de l’océan Indien comprend les diocèses de Maurice, des Seychelles et de Madagascar. Une  vingtaine de personnes participent à la réunion annuelle de ce comité synodal, qui a débuté aujourd’hui. Cette instance est composée des évêques et des représentants du clergé et des laïcs. Généralement, cette rencontre annuelle est le temps d’une évaluation de la mission de l’Église dans la région, mais aussi de faire un suivi des projets nécessitant une attention particulière  et de passer en revue les affaires administratives. Mais c’est également le temps d’une réflexion commune sur des questions spécifiques, qui ont un impact direct sur la qualité de vie de la population. C’est ainsi que la situation politique instable depuis plusieurs années à Madagascar, et qui est devenue très inquiétante, figure en bonne place à l’agenda des travaux de ce synode de l’Église anglicane.
Rappelons que les élections présidentielles à Madagascar, initialement fixées à juillet, ont été renvoyées au mois d’août, mais que le flou persiste toujours à ce stade.
Il est bon de signaler que l’Église anglicane est un membre influent du Conseil des Églises Chrétiennes à Madagascar. Elle est aussi un interlocuteur privilégié dans les discussions avec les différentes mouvances politiques dans la Grande Île car elle est très présente dans la vie sociale, apportant son soutien aux habitants de différentes manières. Le comité permanent du Synode de la Province de l’océan Indien analysera durant ces trois jours de discussions à Maurice, les dernières données et fera part de sa position par la suite.  
Pour sa part, Mgr Ernest, qui suit de très près ce dossier, réitère à chaque fois dans les forums de discussions concernant Madagascar, son soutien au peuple malgache pour décanter la situation. Dans une récente lettre, Mgr Ernest fait part de ses sentiments de tristesse face à la désespérance qui a gagné cette population. « Corruption is rampant, a “Laisser Aller” attitude has creeped in, and people are losing hope, especially the young people. The model of governance prevailing in Madagascar at the moment is not conducive towards human and economic development », écrit-il.
Par ailleurs, il n’y a pas que la question malgache qui préoccupe l’Église anglicane dans la région. Sept  archevêques, qui font partie du Council of Anglican Provinces of African (CAPA), se sont en effet penchés sur plusieurs questions d’actualité, qui influent sur la vie des habitants, lors d’un atelier de travail qui s’est tenu à Maurice. Cette rencontre était destinée aux archevêques récemment entrés en fonction et avait pour but de permettre à ces responsables religieux de réfléchir sur des sujets d’intérêt national, tels la pauvreté, la paix, la justice, l’economic empowerment, la bonne gouvernance, la globalisation et le leadership. Ces archevêques représentaient les diocèses anglicans dans les pays suivants : le Congo, la Zambie, l’Ouganda, la Tanzanie, le Ghana, la Gambie et Maurice.
Selon les observations de ces archevêques africains c’est principalement le leadership qui pose problème. « This question of leadership is a particular préoccupation of Council of Anglican Provinces of African », dit l’un d’entre eux.  Selon ces derniers, la  réponse à ce problème est la formation des citoyens, et ce à tous les niveaux. « We should have leaders with a vision for Africa », disent-ils. On apprend que la question de l’État séculier, sujet qui refait débat à Maurice depuis quelques jours, a aussi intéressé les participants pendant cet atelier de travail. Ceux-ci préparent un document sur ces diverses questions qui ont été débattues.