2013 sera une année très importante pour le sport mauricien avec la tenue des assemblées générales électives au sein de la majorité des fédérations sportives. Des élections organisées en amont à celles du COM (Comité olympique mauricien) prévus pour avril prochain. A l’issue des élections fédérales commence un autre combat pour certains, notamment la convoitise de la présidence, ou encore le billet donnant droit à représenter la fédération à l’assemblée élective du COM. Pour certains du reste, la campagne a démarré depuis un bon moment et le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les coups sont permis !
Un bref survol de la vingtaine de fédérations démontre qu’ils sont nombreux ceux qui pourraient opter pour la continuité, quoique dans les coulisses, il se chuchote qu’il peut également y avoir des surprises. Dans d’autres fédérations par contre, un changement est à prévoir notamment au niveau de la présidence. Car certains présidents ayant déjà brigué deux mandats ne sont plus éligibles, selon la loi, à faire à nouveau acte de candidature pour ce poste. Il n’empêche que l’histoire a prouvé, au cours de ces dernières années, que ces messieurs savent comment se caser au sein de leurs fédérations tout en étant aussi influents que ce soit au niveau de la prise de décisions, mais aussi et surtout dans leurs capacités à se faire représenter à un plus haut niveau.
Au niveau de fédérations dont les présidents ne sont plus éligibles à présider, on retrouve l’AMA (Association mauricienne d’Athlétisme), laquelle a du reste déjà tenu ses élections à la fin de l’année dernière. Anand Sukhraj a cédé, après deux mandats, sa place à Clyde Thomas, alors que Vivian Gungaram, secrétaire-général, a, lui, été désigné comme représentant au COM. L’AMTT (Association mauricienne de Tennis de Table) a également procédé à son assemblée générale élective et c’est Ashita Beenessreesingh qui a rempilé pour un deuxième mandat à la présidence. Le représentant aux élections du comité olympique sera nul autre que Philippe Hao Thyn Voon, l’actuel titulaire à la présidence du COM. La FMTri (Fédération mauricienne de Triathlon) a également élu son nouveau comité directeur et c’est Abdal  Rahman Camall Saïb qui a succédé à Désiré Charles à la présidence.
La complexité du dossier natation
Au niveau de l’AMB (Association mauricienne de Boxe), Rajiv Rajcoomar ne peut également pas rempiler, mais contrairement à l’athlétisme, c’est le flou total. Car à ce stade, il n’y a pas véritablement de candidat déclaré pour ce poste, mais la situation devrait évoluer très vite dans les semaines qui viennent. Idem du côté de la Mauritian Equestrian Sports Association où Clothilde Jauffret a déjà effectué deux mandats à la présidence, tout comme Richard Papie de la Mauritius National Wrestling & Allied Games Association).
A la FMJDA (Fédération mauricienne de Judo et des Disciplines Assimilées), Rashid Jhurry ne peut  pas non plus rempiler. Il n’empêche que dans le cas du judo, certains noms circulent tels que Joseph Mounawah, directeur de la fédération, ou encore Navin Proag secrétaire-général. Dans le cas de la FMN (Fédération mauricienne de Natation), la donne est plus complexe, car Doreen Tiborcz a dans un premier temps conclu un mandat de quatre ans et a rempilé, depuis janvier dernier, à ce poste, alors que cette élection est contestée, notamment par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Par contre, le COM et la FINA (Fédération internationale de Natation) reconnaissent Doreen Tiborcz comme présidente !