Photo illustration

Les récents démantèlements de réseaux de faux permis de conduire ont levé le voile sur une pratique illégale inquiétante. Les enquêteurs de la CCID tentent d’y mettre un terme. Approché à cet effet, le Licensing Office de la police a adressé à lemauricien.com des chiffres concernant ceux ayant concouru pour et obtenu leur permis de conduire.

En 2018 – Motor Cars

Sur un total de 36 157 candidats, 15 740 ont réussi leurs examens et 20 417 ont échoué à l’épreuve de conduite.

De janvier à juillet 2019

Sur un total de 21 635 candidats, 10 529 ont réussi leurs examens et 11 106 ont échoué à l’épreuve de conduite.

De janvier à juillet 2019

  • Motorcycle Type A1 (50cc à 125cc) – Test on circuit.

Sur un total de 1 248 candidats, 311 ont réussi leurs examens et 937 ont échoué à l’épreuve de conduite.

  • Motorcycle Type A1 (50cc à 125cc) –  Test on road.

Sur un total de 333 candidats, 290 ont réussi leurs examens et 43 ont échoué à l’épreuve de conduite.

De janvier à juillet 2019

  • Motorcycle Type A2 (entre 125cc à 300cc) – Test on circuit

Sur un total de 16 candidats, 13 ont réussi leurs examens et trois ont échoué à l’épreuve de conduite.

  • Motorcycle Type A2 (entre 125cc à 300cc) – Test on road

Sur un total de 11 candidats, 10 ont réussi leurs examens et un a échoué à l’épreuve de conduite.

Faux permis.

La CCID a interrogé une dizaine de personnes dont les noms figuraient sur les faux permis de conduire. Ces dernières ont allégué avoir déboursé entre Rs 10 000 et Rs 40 000 pour obtenir ce document, et ce, en passant par des intermédiaires.

Un faux permis de moto aurait coûté Rs 10 000. Pour un faux permis de voiture, de camion et d’autobus, il faut compter jusqu’à Rs 25 000.

Selon la cellule de communication de la police, 150 faux permis – prêts à être livrés – ont été saisis ces deux derniers mois. « Nous comptons renforcer les procédures après la fin des différentes enquêtes afin de déceler les lacunes dans notre système ».

Permis « virtuel ».

Pour le ministre du Transport, Nando Bodha, la solution pour combattre la falsification des permis de conduire serait l’introduction d’un permis « virtuel« . « Ce projet consiste à mettre en place des permis informatisés. Nous travaillons sur ce projet car cela peut être un permis qui ne pourrait être falsifié. Nous examinons comment fonctionne ce système à l’étranger« , a-t-il expliqué à la presse cette semaine.

« L’ICAC a longuement travailler sur la NTA, où se trouve beaucoup de possibilité de corruption. Heureusement, toutefois, les cas de corruption enregistrés ont été révélés par la NTA elle-même« , a-t-il ajouté.

Les Casernes centrales, elles, ont donné des instructions aux motards de la Traffic Branch, à l’Emergency Response Unit et à d’autres unités afin qu’elles effectuent des contrôles routiers plus réguliers à travers l’île. Les Police Headquarters ont demandé à leurs policiers de bien vérifier l’authenticité des permis de conduire. La police estime qu’environ un millier de faux permis sont en circulation.