Depuis hier matin, les enquêtes instruites à différents niveaux dans le sillage des saisies record d’héroïne d’une valeur marchande de l’ordre de Rs 2,5 milliards en mars dernier, a épousé un virage décisif. En effet, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), sous la houlette du directeur général, Navin Beekarry, qui est passée à la vitesse supérieure avec la convocation de Me Rex Stephen pour interrogatoire Under Warning, est dans l’attente du feu vert du commissaire de police, Karl Mario Nobin, pour l’arrestation et l’inculpation provisoire de cet avocat pour Money Laundering; il fait partie du panel ayant déjà assuré la défense du détenu Peroumal Veeren, qui purge une peine d’emprisonnement d’une trentaine d’années pour des délits de trafic de drogue.  À hier après-midi, des consultations à haut niveau, impliquant le commissaire de police et le patron du Central CID, l’assistant commissaire de police, Devanand Reekoye, étaient en cours en vue de décider de la marche à suivre dans le « Handling of this Legal Hot Potato ». Entre-temps, lors d’une perquisition effectuée dans les Chambers de Me Rex Stephen à Port-Louis, les limiers de l’ICAC ont saisi la somme de Rs 748 500 en liquide des Rs 1,5 M remises sur des instructions de Peroumal Veeren en date du 24 avril dernier.
Interrogé hier après-midi par des journalistes après la descente des lieux dans ses Chambers, Me Stephen, qui avait reçu la visite du président du Bar Council, Me Jacques Tsang Man King, s’est refusé à tout commentaire. « Je n’ai aucune déclaration à faire pour l’instant », devait-il faire comprendre. Même son de cloche de la part du président du Bar Council, qui était venu aux nouvelles après l’interrogatoire formel de ce membre du barreau.
Cette réserve de Me Stephen, qui a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel, s’explique en partie par le fait qu’à la fin de l’interrogatoire au QG de l’ICAC, il aurait compris qu’il était dans de beaux draps pour avoir accepté une somme de Rs 1,5 million en liquide de Peroumal Veeren avec des délits éventuels de Money Laundering pesant sur lui. Compte tenu des dispositions du Prevention of Corruption Act et des Powers of Arrest exercés par le commissaire de police, la signature de celui-ci s’impose avant la comparution devant les tribunaux pour les procédures d’inculpation provisoire suite à une arrestation.
Des recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que l’interrogatoire de Me Stephen était axé sur un montant de Rs 1,5 million en sa possession depuis le 24 avril dernier en provenance du parrain des parrains. Il était difficile pour l’homme de loi de plaider l’ignorance de la provenance de ces fonds. En effet, dans un premier temps, il avait reçu un appel téléphonique d’une tierce partie, agissant au nom de Peroumal Veeren, l’informant qu’une intermédiaire allait venir lui remettre cette somme d’argent.
Effectivement, cette intermédiaire s’est présentée aux Stephen Chambers ce 24 avril dernier avec la somme d’argent indiquée. Quelques instants après, l’homme de loi devait recevoir un autre appel téléphonique pour vérifier que la transaction avait été exécutée de manière concluante et selon les directives précises. Appelé à fournir des explications au sujet de ces Rs 1,5 M, l’homme de loi a fait ressortir que « cette somme représentait ses Legal Fees pour des cas criminels à venir contre Peroumal Veeren et également contre des membres de sa famille ».
Me Stephen devait concéder lors de son interrogatoire à l’ICAC que « cet argent n’était pas normal et qu’il l’a gardé à son étude ». Dans l’immédiat, il n’avait pas cru nécessaire d’avertir les autorités sous forme de Suspicious Transaction Report (STR) aux termes de Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Toutefois, il s’est déclaré disposé à remettre à l’ICAC l’argent qui était toujours à son bureau jusqu’à hier matin.
De son côté, le Clerk, qui avait réceptionné les fonds, a aussi été entendu par l’ICAC dans la journée d’hier. Il a confirmé avoir reçu cette somme et avoir départagé l’argent entre Me Stephen et d’autres avocats, travaillant dans ces mêmes Chambers, d’où la décision de l’ICAC d’y effectuer une perquisition après la séance d’interrogatoire. L’enquête de l’ICAC est en Stand-By avant la décision du commissaire de police attendue.
Par ailleurs, l’ancien Prison Officer, Oumeshlall Ramsurrun a été remis en liberté provisoire après sa comparution devant le tribunal de Mahébourg. Celui, qui est présenté comme un maillon de la chaîne de trafic de drogue, opéré par Peroumal Veeren, est accusé du délit de Money Laundering. Une perquisition a été effectuée en son domicile à La Rosa avec des articles incriminés, placés sous scellés par l’ICAC. De par ses 14 déplacements en Afrique du Sud au cours de la période de janvier 2014 à janvier 2017, il est considéré comme un homme de confiance de Peroumal Veeren, qu’il a rencontré à la prison alors qu’il était encore garde-chiourme…