Les cours de musique du Conservatoire Frédéric Chopin ont tous basculé en ligne depuis le début du confinement. Le directeur de ce conservatoire privé, Dean Nookadu, avait déjà en temps ordinaire une expérience des cours de musique en ligne grâce aux élèves de Chine, de Singapour et du continent africain, à qui il enseigne le piano depuis plusieurs années déjà. Tous les cours ont donc pu continuer à distance. Le Conservatoire national François Mitterrand s’y est mis également, assurant une continuité à ses élèves et enseignants contractuels.

Dean Nookadu enseigne en Chine, à Singapour et dans quelques pays africains depuis plusieurs années grâce aux cours en ligne. Aussi l’équipe du Conservatoire Frédéric Chopin, qu’il dirige, a pu anticiper et se préparer sans diffi culté au confi nement qui risquait de s’annoncer. « Mais, nous explique-t-il, cela nous est aussi arrivé d’enseigner à distance à certains de nos élèves mauriciens quand ils ne pouvaient pas faire le déplacement au conservatoire. Nous avons un savoirfaire dans ce domaine, qui nous a permis par exemple de tester l’efficacité des plates-formes d’enseignement en ligne qui existent. Je pense d’ailleurs que cela apporte des ouvertures très intéressantes aux développeurs. » Tous les matins et tous les soirs, les professeurs du conservatoire se retrouvent sur le réseau social pour envisager la journée qui s’annonce, ou faire le bilan de celle qui vient de se dérouler. Cela permet aussi d’évoquer les éventuelles difficultés de connexion et de faire le point sur les progrès de leurs élèves.

Le pianiste de jazz et de musique classique n’a donc pas eu le temps de se lamenter sur l’annulation de sa tournée africaine avec Véronique Zuel et Jean-Michel Ringadoo, qui était prévue à Pâques. Cette forme d’enseignement demande en effet plus de temps et d’énergie dans la préparation des cours et la recherche de matériels transmissibles en ligne pour compenser l’absence de contact direct avec l’élève et le ressenti irremplaçable que cela permet. Depuis deux semaines, au lieu de se rendre au conservatoire, l’élève se connecte donc à l’heure habituelle de ses cours sur WhatsApp ou Skype avec son professeur. « En fait, poursuit le professeur, ces cours en ligne permettent aux élèves de progresser plus vite.

Car entre les cours en direct, ils nous envoient les vidéos de leurs séances de pratique, juste après les avoir filmées, plutôt que d’attendre le cours suivant pour jouer en direct. Du coup, s’ils maîtrisent le morceau, nous leur envoyons immédiatement autre chose à travailler… Bien qu’on ne se rencontre pas, on suit les progrès de l’élève de plus près finalement. » Si les cours individuels se déroule comme une communication vidéo ordinaire, les cours collectifs sont donnés quant à eux grâce à des plates-formes d’enseignement qui permettent au professeur d’apparaître sur le téléphone de plusieurs élèves à la fois et de dispenser son cours. Évidemment, ce genre de démarche fonctionne au gré des humeurs de la connexion, et scelle-ci vient à défaillir, les échanges de vidéos prennent le relais…

Les dix enseignants du Conservatoire Frédéric Chopin sont ainsi passés à l’enseignement en ligne, ce qui a permis de maintenir tous les cours et d’apporter une occupation à la centaine d’élèves confinés concernés. « Les parents sont ravis car cela occupe bien leurs enfants. » Du côté du Conservatoire national François Mitterrand, Claudie Ricaud nous explique que tous les professeurs sont également passés à l’enseignement en ligne, à l’exception de certains, qui préfèrent échanger du matériel avec leurs élèves, en raison des difficultés de connexion qu’ils rencontrent. « Il était très important, nous explique Claudie Ricaud, de pouvoir continuer ces cours, notamment pour que nos enseignants contractuels continuent de travailler. Plusieurs d’entre eux ont vu par exemple leurs autres collaborations dans l’industrie hôtelière s’arrêter brusquement du jour au lendemain. L’enseignement en ligne leur assure un minimum de revenus. »

Les cours de pratique sont ainsi donnés en individuel, tandis que les cours de théorie sont donnés collectivement sur plate-forme numérique. « Nous avons eu une première semaine de rodage, mais maintenant, ça tourne sans problème. » La directrice du conservatoire travaille maintenant sur d’autres activités pour proposer des découvertes musicales en ligne au public…