Rivière-Noire brille depuis quelque temps grâce au projet de développement foncier de type Integrated Resort Scheme, La Balise Marina. L’on constate cependant le spectacle « désolant » qu’offre l’autre partie du village depuis une bonne dizaine d’années. Bâtiments à l’abandon, plages devenues poubelles et dégradation de l’environnement sont, entre autres, pointés du doigt par les habitants qui soulignent par ailleurs le « laxisme » des autorités compétentes.
Considéré comme un village touristique attrayant abritant centres commerciaux et bureaux modernes, Rivière-Noire renvoie une image où il fait bon vivre. Il semblerait néanmoins que les autorités compétentes auraient mis de côté l’aspect le plus important : l’environnement.
L’on découvre ainsi dans les différentes ruelles de Rivière-Noire, des bâtisses laissées à l’abandon et autres dégradations d’infrastructures. Certaines plages, quant à elles, se sont transformées en poubelles. Déplorant l’absence de forces vives, des habitants du village n’hésitent pas à parler de « laxisme » de la part des autorités compétentes. « À Rivière-Noire, nous n’avons pas de forces vives mais des “forces faibles”. Nous, les habitants, nous avons écrit à plusieurs reprises aux autorités compétentes pour déplorer la dégradation de l’environnement. Il y a aussi eu de nombreux appels. En vain. Rien n’a été fait jusqu’ici », lancent-ils.
À l’avenue Colonel Dean, des bâtisses coloniales ont perdu de leur lustre. Parmi : celles qui abritaient autrefois le poste de police de la région et les locaux de la Central Investigation Division. L’espace les entourant sert aujourd’hui d’aire de stationnement et de “cimetière” pour voitures accidentées…
Un peu plus loin, l’on se retrouve face à un hôtel à l’abandon : le Island Sports Beach Resort, dont l’entrée se trouve à la rue La Jetée. Après sa fermeture il y a quelques années, l’établissement a été pillé, les vitres brisées et les portes arrachées. Il est désormais, selon des habitants, un repaire pour voyous et toxicomanes. « Tout ceci a laissé place à un sentiment d’insécurité dans cette partie du village », déplorent-ils. Les actes de vandalisme sont par ailleurs légion, selon les villageois, et ce alors que le poste de police se trouve à quelques mètres plus loin.
Le four à chaux de Rivière-Noire est quant à lui à peine visible, étant envahi par des herbes folles. L’insécurité y règne d’ailleurs, selon les habitants. Un « laisser-aller » qui les inquiètent un peu plus chaque jour. « De plus, il y a aussi des bouteilles transportées par le courant qui se retrouvent sur la plage alors que de l’autre côté nous voyons les efforts faits pour développer le village », lance une habitante en montrant la construction en cours de La Balise Marina.
« Cet espace se situe vis-à-vis de la marina. Les futurs résidents pourront ainsi voir la “beauté” de notre île poubelle ! »
Plusieurs habitants de Rivière Noire s’interrogent par ailleurs sur les actions prises par les autorités compétentes pour sauvegarder l’environnement. Ils pointent du doigt la campagne « To zete – to tase » du ministère de l’Environnement qui ne serait, selon leurs dires, qu’« une vaste hypocrisie » de la part du gouvernement. « Comment se fait-il que de nombreuses requêtes n’ont pas été prises en compte ? », se demandent-ils.