Le commissaire électoral Irfan Rahman est sollicité à différents niveaux sur le plan international en vue d’apporter son expertise et sa collaboration. Les deux dernières demandes émanent des Nations unies et du Commonwealth Secretariat. Dans ce dernier cas, qui porte sur la réforme du système électoral aux Seychelles, le président James Alix Michel, qui était le Chief Guest pour les récentes célébrations pour le 12 mars, a saisi l’occasion de ses entretiens avec le Premier ministre Navin Ramgoolam pour réitérer le choix de voir Irfan Rahman faire partie de l’équipe d’experts internationaux encadrant la Seychelles Electoral Commission à cet effet.
Dans l’immédiat, le dossier prioritaire reste les prochaines élections législatives prévues pour le jeudi 10 mai en Algérie. Le commissaire électoral a été choisi par les Nations unies en vue de faire partie d’un High Level Panel déployé en Algérie à l’occasion de ces élections. Contrairement aux précédentes missions, la présente en Algérie ne sera pas composée d’observateurs étrangers pour se prononcer sur le respect des procédures lors du déroulement des élections.
« The deployment of the High Level Panel is aimed at allowing the United Nations to be abreast of the political and electoral environment in which the parliamentary elections are held and providing the Organisation with the necessary information and assessment on possible challenges that may emerge before, during and immediately after the election period », souligne Lynn Pascoe, Under Secretary General for Political Affairs and Fiscal Point for Electoral Assistance dans sa lettre de nomination à Irfan Rahman.
Ce High Level Panel aura également pour attributions majeures de mettre en place les stratégies nécessaires en vue de mener toute mission de médiation et de bons offices après les élections du 10 mai si le besoin s’en fait sentir et à la demande des autorités algériennes. De ce fait, le commissaire électoral se rend aujourd’hui en Algérie, où il séjournera jusqu’au 12 avec les autres experts choisis par les Nations unies.
La délégation d’experts de haut niveau devra également être présente en Algérie une nouvelle fois bien avant les élections, soit du 5 au 14 mai.
Le Commonwealth Secretariat, sollicité par le gouvernement des Seychelles pour une assistance technique en matière électorale, a par ailleurs porté son choix sur Irfan Rahman comme un des experts nommés pour encadrer la Seychelles Electoral Commission. Le gouvernement seychellois a pris la décision de mettre à exécution un programme de réforme électorale.
Les experts identifiés par le Commonwealth Secretariat devront accompagner les membres de la Commission électorale dans le processus de consultations. Les informations recueillies par Le Mauricien de sources autorisées indiquent que la participation du commissaire électoral mauricien à ce processus avait été abordée par le président James Michel avec le Premier ministre lors de sa récente visite officielle à Maurice.
La principale difficulté réside dans la longue durée de cet assignment du Commonwealth Secretariat, pour lequel il faudra compter au moins quatre mois, et dans l’éventualité d’élections municipales à Maurice durant cette même période.