La Mauritian Wildlife Foundation, en collaboration avec l’ambassade américaine à Maurice, a lancé une exposition itinérante intitulée Mauritius Beyond the Dodo: A Traveling Photography Exhibit and Lecture Series. Ouverte par la Présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, l’exposition comprend une ribambelle d’espèces indigènes et endémiques de Maurice et de Rodrigues dans leur milieu naturel. L’objectif est de conscientiser le public, tout en lui permettant d’apprécier des espèces qu’il n’a pas toujours l’occasion de voir en pleine nature.
Visible pendant un mois au troisième étage de la Rogers House, l’exposition Mauritius Beyond the Dodo: A Traveling Photography Exhibit and Lecture Series comprend 28 photographies d’espèces endémiques de Maurice et de Rodrigues. Ces oeuvres portent les signatures de Gabby Salazar, une photographe spécialisée dans la conservation aux États-Unis, et du Mauricien Jacques de Spéville, photographe volontaire auprès de la Mauritian Wildlife Foundation (MWF). Ce dernier a publié un livre intitulé Birds, en collaboration avec la MWF, dans lequel on trouve de magnifiques photographies d’oiseaux endémiques.
L’exposition vise à rappeler que de nombreuses espèces endémiques ont failli connaître le même sort que le dodo, à l’instar de la crécerelle, du pigeon des mares ou encore de la mandinette rodriguaise. “Le but est de sensibiliser le grand public, lui montrer le travail qui se fait, tout en lui donnant l’occasion de voir des espèces endémiques qu’il ne peut voir en pleine nature. On veut rapprocher la conservation du grand public”, confie Vikash Tatayah, Conservation Manager à la MWF.
Parmi les 28 clichés, on retrouve notre fleur nationale, la Trochetia Boutoniana, haut perchée, avec une vue vertigineuse sur Le Morne. On peut également apercevoir un ornate day gecko sur l’île aux Aigrettes, tout comme un scinque de Telfair sur l’île Ronde.
Après son passage à la Rogers House, l’exposition itinérante sera visible successivement à l’Université de Maurice, au Lycée Labourdonnais, au Rajiv Gandhi Science Centre et au Blue Penny Museum. Par ailleurs, les établissements intéressés peuvent faire une demande pour que l’exposition soit visible dans leurs locaux. “S’il y a des écoles ou des centres commerciaux qui veulent avoir l’exposition chez eux, ils peuvent nous contacter”, souligne Vikash Tatayah.
L’entrée à l’exposition est gratuite.