L’artiste mauricienne Kessavadee de Portzamparc propose sa première exposition en solo à la galerie Imaaya demain et ce jusqu’au samedi 7 avril. Affichant un vif intérêt pour le précurseur William Turner et pour Marc Rothko, elle en retient le traitement de la couleur et de la matière, abolissant le trait et les formes pour privilégier une immersion dans un univers dominé par le bleu dans toutes ses subtilités.
Pour présenter son travail, Kessavadee de Portzamparc parle de « logique sensitive », de l’influence de la nature, d’émotions et d’intuitions qu’elle oppose à une démarche cartésienne pensée et préétablie avant que le pinceau ne vienne caresser la toile. Une douzaine de tableaux de grands formats sont accrochés aux cimaises de la galerie de Pointe-aux-Canonniers dans cette exposition qui est cependant majoritairement consacrée aux oeuvres gravées sur papier avec une trentaine de petits formats.
L’équilibre des couleurs et de la matière, le toucher de l’encre, dense, souple et même capiteux sur la plaque à graver scénarisent le jaillissement de la lumière dans un univers souvent ténébreux, sombre ou diffus. L’eau en mouvement qui apparaît en coupe comme derrière une vitre, mais aussi le ciel et ses brumes aux formes suggestives peuplent ces créations, où parfois l’ocre terrestre prend le relais.
Kessavadee de Portzamparc a enseigné au collège à Maurice et à Rodrigues, avant de partir en France suivre une formation aux Beaux-Arts de Versailles en 1998. L’artiste s’y est notamment familiarisée avec la photographie et la gravure, particulièrement la technique du monotype. Elle cite encore parmi ses références incontournables Beethoven, Oscar Wilde et les védas.
Depuis son retour à Maurice en 2008, Kessavadee de Portzamparc participe régulièrement à des expositions collectives. Elle anime également un cours d’éveil artistique auprès des enfants du nouveau village de La Valette, près de Bambous, depuis un an et demi.