L’infatigable Sepp Blatter s’est montré inflexible sur certaines questions, particulièrement sur l’âge limite et la durée des mandats lors d’un point de presse hier soir au SVICC après la clôture du 63e Congrès de la FIFA.
Le président de la FIFA s’est réjoui du fait que le congrès s’est bien déroulé et que les délégués se sont montrés « responsables » au moment où il fallait procéder à certaines adoptions, à l’instar de la lutte contre la discrimination et le racisme. « Je suis particulièrement heureux, comme tous les délégués d’ailleurs, du fait que le congrès a soutenu à 99% la lutte contre la discrimination et le racisme », a-t-il fait ressortir.
Sepp Blatter a rappelé que le discours prononcé au cours du congrès par le Sud-Africain Tokyo Sexwale, ancien ministre et ancien détenu de Robben Island et aujourd’hui membre de la Fondation de Nelson Mandela, a été très émouvant et révélateur. Dans une déclaration, Tokyo Sexwale a aussi estimé que le 1% des votes prononcé contre la résolution dans lutte contre la discrimination et le racisme démontre que le combat n’est pas totalement gagné.
« Je pense qu’il savait ce qu’il disait. Il a connu de durs moments, notamment pour avoir été emprisonné à Robben Island. Il ne fait pas de doute que son discours a été écouté attentivement par le congrès. La discrimination et le racisme n’ont pas leur place sur et en dehors du terrain de football », a déclaré l’homme fort du football mondial.
En ce qui concerne l’âge limite et la durée des mandats, Sepp Blatter reste inflexible. Il a en revanche félicité un journaliste du Reuters pour lui avoir demandé si la limite de l’âge à 45 ans d’un arbitre n’est pas discriminatoire. Après quoi Blatter devait répondre : « J’ai une ligne de conduite dans ce que je fais. Je pense que ce genre de question des médias peut nous aider à progresser. Le comité d’arbitrage pourra reconsidérer cette question », a-t-il laissé entendre.