La seconde tranche de la séance du Question Time, hier après-midi, marquée par un mood quasi consensuel, et même loin de toute controverse de fond, a permis à Madam la Speaker, Maya Hanoomanjee, d’imprimer sa marque d’autorité. Elle a été intraitable à l’égard de deux parlementaires de la majorité, et non des moindres : le Chief Whip, Mahen Jhugroo, qui a été expulsé de l’hémicycle pour avoir enfreint les directives de la présidence ; puis, l’ancien ministre de l’Environnement, Raj Dayal, qui avait goûté précédemment à sa première interpellation supplémentaire, s’est fait vertement rappeler à l’ordre par Madam la Speaker quand il voulait répondre aux accusations du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, au sujet du projet visant à planter des cocotiers pour atténuer les risques d’érosion.
Sur le fond, le Question Time a ouvert la voie au ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, pour dénoncer l’un des promoteurs du Ponzi de Westminster Financial Ltd, avec les contributions et placements des clients déjà transférés de manière illégale à Singapour et dans d’autres parties du monde. Le dénommé Feroz Dahoo, l’un des cerveaux derrière ce scandale financier, est accusé d’être de mèche avec l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, dans un autre scandale ; celui des commissions alléguées dans le projet de construction du Bagatelle Dam. Roshi Bhadain a été de nouveau interpellé sur le projet de Heritage City, avec le déménagement confirmé de six ministères à côté de Bagatelle, alors que le ministère de l’Environnement et l’Attorney General’s Office sont également dans le collimateur.
Le député de l’opposition Aadil Ameer Meea a lui mis à nu toute l’affaire des Visa Requirements pour entrer aux Émirats Arabes Unis. Aadil Ameer Meea a fait comprendre que les exemptions de visa ne concernent que les détenteurs de Diplomatic and Special Passports, selon les mots mêmes du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Par contre, est-il précisé, le Mauricien qui se rend aux Émirats Arabes Unis doit payer entre Rs 2 400 pour un visa de 96 heures, et Rs 17 000 pour un visa de 90 jours avec des entrées multiples.
Le Chief Whip de la majorité, Mahen Jhugroo, n’aurait jamais imaginé être sous le coup d’une expulsion de l’hémicycle ordonnée par Madam la Speaker, tant il était habitué aux réprimandes de celle-ci pour ses commentaires « from a seating position ». Hier lors des échanges au sujet de l’interpellation du député de Rodrigues Buisson Léopold, portant sur l’interdiction des sacs en plastique, Mahen Jhugroo s’est fait taper sur les doigts et a dû quitter l’hémicycle vers la fin du Question Time. La substance de la remarque du Chief Whip ne portait aucune marque de controverse. Sauf que la répétition des interventions intempestives avait fini par irriter Maya Hanoomanjee.
Ainsi, à peine quelques secondes auparavant, la présidente de l’Assemblée nationale avait émis un sérieux avertissement. Mahen Jhugroo était intervenu alors que le député travailliste Osman Mohamed avait réclamé la possibilité de subsides sur le prix des autres sacs pour encourager les Mauriciens à délaisser ceux en plastiques. À cette suggestion, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, avait laissé entendre « tou zafer subzid mem ».
À cette réponse, la réaction des plus sonores est venue du Chief Whip de la majorité, Mahen Jhugroo, et lui a valu une sévère réprimande de la part de Maya Hanoomanjee. « Honourable Jhugroo, a averti la Speaker, this is the very last time I’m warning you. Next time I’ll order you out ». Car un peu plus tôt, le Chief Whip avait essuyé une remarque similaire de Maya Hanoomanjee, qui avait soutenu que « Honourable Jhugroo, you are constantly disturbing the House with your remarks ». Mais malgré tout, Mahen Jhugroo ne devait pas porter attention à ces avertissements de la présidente de l’Assemblée et a persisté à taquiner les députés de l’opposition.
« Ziska enn korn to pa kapav aste ta ». À peine le Chief Whip de la majorité a-t-il eu le temps de lancer cette incartade que l’ordre d’expulsion se faisait entendre. « Honourable Jhugroo, I’ll order you out ! », a lancé Maya Hanoomanjee. Mahen Jhugroo n’a eu d’autre choix que de s’exécuter, avec les parlementaires de l’opposition riant un bon coup de cette déconvenue.
Quelques minutes après, ce fut au tour du dernier des backbenchers de la majorité, Raj Dayal, de faire les frais de l’attitude intransigeante de Maya Hanoomanjee. L’ancien ministre de l’Environnement avait obtenu la permission d’intervenir d’un « Point of Order » pour répondre à Rajesh Bhagwan. Ce dernier avait lancé « minis voler » alors que Raj Dayal tentait de placer une pique contre le même Rajesh Bhagwan pour le projet visant à planter des cocotiers au Caudan avant 2014, avec aucune des plantes n’ayant survécu à ce jour.
Dayal : When I asked the supplementary question about the name of the minister with the plantation of coconut trees at Caudan, I knew 100 % who the minister was…
Speaker : This is not a point of order, sit down…
Dayal : I’ll rephrase… ?
Speaker : I have said this is not a point of order.