Merveilles égyptiennes
À chacun son thème de prédilection. Les trois pièces de la collection “Floric Memphis” de Mehtaab Fokeerbux ont des réminiscence de l’Egypte antique. Pour la future styliste de 22 ans, ce sont les habits traditionnels et les merveilles égyptiennes notamment les bijoux qui l’inspirent. La palette de couleurs est riche et intense. Pour rappeler la richesse des bijoux, les pièces ont été rebrodées à la main de paillettes multicolores et de sequins. À travers des sportswear comme des shorts, crop-top, tracksuit et “flare blouse”(un crop-top large) avec capuche, elle a ainsi pu traduire son respect de la tradition orientale et des costumes traditionnels.
Hommage à l’artisanat
Baptisée “Elegance Craft”, la collection de Sapna Fowdar veut rendre hommage à l’artisanat. L’étudiante a assuré un travail mêlant simili cuir, maroquin, fusion de “marbling” et du “weaving” pour créer une collection sophistiquée inspirée du poncho. Celui-ci, une pièce vestimentaire assez décontractée, refait ici son retour, plus contemporain et coloré, à travers un haut et deux robes, ornés de franges.
Corail-cerveau
Pour ses créations, Orélie Marudan s’est inspirée du corail-cerveau. Des bouts de tissus qui recouvrent entièrement ou partiellement l’habit ont été manipulés afin de montrer la complexité du corail-cerveau et de ses fines membranes cellulaires. “Summer Love”, thème de sa collection, c’est aussi des couleurs bigarrées et gaies de l’été. Comme les autres étudiantes, Orélie a imaginé trois pièces pour le défilé, notamment trois robes en utilisant différentes matières, dont le coton, le lycra, le tulle. Des tissus très légers pour qu’ils bougent comme le font les polypes au gré des vagues.
Canne à sucre
“Tuckcana” est né de deux mots: de l’utilisation des “tucks”(plis) et de la canne à sucre. Dans la collection d’Aurélie Chung Tai Hin, tout rappelle la canne à sucre : les lignes et les plis. Les pièces de la collection sont constituées d’un haut coloré asymétrique assorti d’une jupe verte unie, d’une robe plissée courte devant et longue derrière, et d’une robe one-shoulder. L’étudiante qui a exploré beaucoup de techniques, a utilisé des matières telles que le polyester et le jacquard. Pour accessoiriser ses tenues, la jeune créatrice a confectionné elle-même sa paire de chaussures qui s’harmonisent parfaitement avec les habits ainsi que des “cou de tortues” et des éventails pour dissimuler une partie du visage.
L’histoire de Yûgi
Parmi les looks les plus extravagants, il y a ceux de Vishnee Ramcharan, 21 ans. Tel le héro du manga japonais Yu-Gi-Oh, la silhouette des mannequins est tout en volume. Vishnee s’est inspirée de Yu-Gi-Oh pour montrer le destin du protagoniste principal, Yûgi, ainsi que les énergies imprégnées de lumière. Les motifs viennent aussi rappeler les objets mystiques d’Egypte. Pour raconter l’histoire de Yûgi, elle a confectionné ses pièces à la main, a utilisé du plastique et du simili cuir. Quant aux chaussures, elle les a customisées pour le défilé.
Les aventures d’un nomade
“The nomad is on a constant quest to find their identity moving through space and time”. Les aventures du nomade, toujours en quête de son identité, résument les inspirations de l’étudiante malgache Oninavalona Randrianbalohery. Pour l’exprimer à travers la mode, cette collection mêle les cultures africaines et asiatiques, et la communauté spirituelle à travers le monde. La jeune femme a utilisé les couleurs de la terre, le marron, l’ocre, mais aussi du turquoise et la couleur aubergine. La laine et la fourrure sont parmi les matières utilisées.